Tout savoir sur l’endométriose

©iStock

L’endométriose est une maladie gynécologique qui touche 1 femme sur 10, soit 10% de celles qui sont en âge de procréer 

L’endométriose se caractérise par la formation de tissus endomètres, généralement présents dans l’utérus, dans la cavité pelvienne. Ce tissu qui se développe hors de sa zone provoque des lésions, des adhérences et des kystes ovariens. L’endométriose peut se former sur d’autres zones que les organes génitaux et le péritoine, comme les appareils urinaire, digestif, voire, dans les cas les plus rares, respiratoire. L’endométriose est une maladie complexe qui peut toucher les femmes différemment. Elle ne se développe pas de la même façon selon les cas.

Cette maladie touche les femmes en âge de procréer. Elles souffrent principalement de règles douloureuses, et ce depuis la puberté (apparition des règles). L’endométriose peut être cause d’infertilité chez les patientes.

Encore très peu « connue » dans le milieu médical, l’endométriose est généralement diagnostiquée au bout de cinq années, ce qui laisse le temps à la maladie de se propager sur les organes.

Quels sont les symptômes ? 

Les symptômes les plus courants sont les règles douloureuses, les douleurs pendant les rapports sexuels, douleurs pelviennes, défécation douloureuse, difficulté pour uriner, douleurs lombaires et abdominales ainsi que des douleurs pelviennes. Dans certains cas, l’endométriose peut entraîner des vomissements et malaises.

Liste des symptômes de l’endométriose ;

  • fatigue
  • saignements principalement prémenstruels
  • troubles digestifs
  • diarrhée ou constipation
  • brûlure urinaire, sang dans les urines
  • lombalgie, sciatique ou cruralgie

Les femmes touchées par l’endométriose peuvent se retrouver dans une incapacité totale ou partielle de travailler, bouger… vivre normalement.

Quels sont les traitements ? 

Il n’existe pas de traitement définitif. Certains spécialistes proposent des traitements non spécifiques (antalgiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens etc…). La patiente peut avoir recours à un traitement hormonal (idéal pour stopper les règles et ainsi réduire les douleurs). La chirurgie (principal traitement aux États-Unis) doit être envisagée en cas d’inefficacité des autres traitements (se renseigner sur les bénéfices et les risques d’une telle intervention). La chirurgie permet le retrait des nodules/kystes, voire induit dans certains cas une ablation de l’utérus.

Depuis quelques mois, des associations ont su faire entendre leur voix. EndoFrance, organise de nombreux rassemblements dans toute la France. À travers des événements sportifs et meeting l’association cherche à sensibiliser les personnes au sujet de l’endométriose. Des personnalités médiatiques, telles que Lena Dunham (Girls), Susan Sarandon, Daisy Ridley (Star Wars) ou encore Hillary Clinton, ont décidé de ne plus rester muettes face à la maladie. En France, Laëticia Milot (marraine de l’association EndoFrance) et Imany (ambassadrice ENDOmind), touchées par la maladie, n’hésitent pas à en parler ouvertement.

Pour plus d’informations concernant l’endométriose, vous pouvez consulter les sites EndoFrance et ENDOmind. Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à une parler à votre gynécologue.