Pourquoi le sucre fait plus grossir que les graisses

©iStock

Pourquoi le sucre fait plus grossir que les graisses ?  Erwann Menthéour, ancien cycliste de haut niveau et fondateur de la méthode Fitnext, répond 

Après les mérites des produits « light » et « allégés » vantés dans les années 80, les graisses connaissent un regain de réputation auprès des nutritionnistes. On évoque aujourd’hui le rôle positif de la consommation de matières grasses, de manière modérée, en lien une pratique sportive régulière. Pour preuve, une couverture récente un brin provocatrice du magazine TIMES, qui titrait « Eat Butter » (« mangez du beurre », ndlr). D’où la question d’Elisa :

Pour maigrir, on nous dit de traquer les graisses, mais pas tellement le sucre. Mais j’ai quand même un doute, car il me semble que notre alimentation occidentale contient trop de sucres…

La réponse d’Erwann Menthéour :   C’est le sucre qui fait le plus grossir, sans hésiter ! Au fond de votre langue et tout le long de l’œsophage, se trouvent des capteurs qui vont déceler les indices glycémiques (IG) élevés. Si l’IG est élevé, le pancréas va secréter l’insuline, l’hormone du stockage des graisses. Mais si l’IG est trop élevé (ce qui est le cas de la plupart des sucres), le taux de glucose sanguin chute. Or, le cerveau se nourrit à 90 % de glucose, son carburant préféré. Donc, celui-ci va vous envoyez un signal pour vous dire « je manque du sucre ». C’est ce qu’on appelle l’hypoglycémie réactionnelle. En d’autres termes, le sucre appelle donc le sucre ! Résultat  Vous en consommez encore et vous réenclenchez la pompe à insuline, l’hormone qui « stocke ». Le gras, c’est différent. Mettons de côté le mauvais gras (saucisson, charcuterie, chips…). Le bon gras (oléagineux, avocat, huile d’olive, graines de lin ou de tournesol etc.) est un précurseur des hormones stéroïdiennes, la testostérone et le cortisol, qui favorisent, entre autre, la construction du muscle. Rien à voir, donc !