Soins maison : plus bios, plus sains

©iStock

Shampoings, masques, crèmes, lotions, gels, sérums… Reprenez le contrôle ! La cosméto maison, c’est du sur-mesure, ludique et idéale pour les petits budgets

Le home made est tendance. Mais au-delà de l’effet de mode, il y a au moins trois bonnes raisons de réaliser soi-même ses produits de beauté et de soin.

Je prépare ma cosmétique : efficace et naturel !

Le fait maison, c’est savoir exactement ce que vous appliquez sur votre peau. Vous choisissez la quantité de produit et, surtout, la nature des ingrédients. Patrick Rozan, animateur du site Atelier- cosmetic-bio, insiste : « Les consommatrices sont en quête de naturel. Ils rejettent les parabènes, les conservateurs et le chimique, d’une manière générale, pour se tourner vers le naturel et le bio. Elles en ont assez des étiquettes illisibles et s’orientent vers le fait maison. Car ce n’est pas difficile. La plupart du temps, il suffit de mélanger une huile et une crème pour réaliser une émulsion efficace. » De fait, on peut tout fabriquer chez soi, y compris le maquillage et toujours en sélectionnant ses principes actifs, textures, parfums, etc. Katja Stojetz, gérante du site MaCosmétoPerso et fondatrice d’Huiles & Sens Aromathérapie, compare ce que l’on applique sur sa peau à ce que l’on mange : « La maîtrise de ce que l’on applique est essentielle. D’autant que, dans l’industrie, on vante un produit prétendument riche en principe actif quand il n’en contient que 1 %… En vérité, on vous vend souvent de l’eau et de l’huile de tournesol. Faire ses cosmétiques, c’est choisir ses dosages et ses produits, comme la qualité de ses huiles végétales, ou décider du volume d’acide hyaluronique et de tout principe actif. »

Je personnalise mes soins : fun et créatif !

L’autre intérêt du home made, selon les convaincus, Katja Stojetz en tête, reste le plaisir de fabriquer : « Avec les cours ou ateliers que l’on peut trouver partout en France et la possibilité de trouver tous les ingrédients dans son frigo, sur les marchés ou sur les sites spécialisés, il est possible de jouer au petit chimiste, seul, en famille ou entre amis, exactement comme quand on réalise une recette de cuisine. » Mais si pour mélanger deux huiles, aucun matériel spécifique n’est nécessaire, il faut un minimum d’équipement pour passer à la vitesse supérieure. Anne Dufour, adepte du fait maison et auteur de nombreux ouvrages, tempère : « J’aime surtout incorporer des huiles essentielles dans une huile végétale toute simple pour obtenir une cosmétique archibasique. Par exemple, huile végétale de ceci + huile essentielle de cela pour tel résultat. Je trouve ça rigolo et j’ai adoré le faire pour l’atelier Aroma-Zone, mais ça prend du temps, comme de cuisiner. Lors de l’atelier, je me suis lancée dans la fabrication d’un gel douche : cela m’a pris une heure. Sans compter le matériel nécessaire – balance de précision, batteurs et casseroles spécifiques… Un vrai labo ! Je m’oriente donc davantage vers des recettes express, même si, du coup, je ne peux pas faire tout ce que je voudrais. » Reste que les ateliers vous apprennent à tout confectionner : crème anti-âge, gel moussant, eau démaquillante, huile sèche, masque capillaire, sérum raffermissant, shampoing, etc. Mais comme le souligne Anne Dufour, « il s’agit alors d’un vrai choix de vie ! ». Enfin, pour celles qui craignent de se tromper dans les formulations, Patrick Rozan est catégorique : « Nous utilisons essentiellement des ingrédients comestibles et tout ce que nous ingérons, nous pouvons parfaitement le passer sur notre peau. »

Je mitonne mes produits : qualité et économie !

Pour Katja Stojetz, il n’y a pas photo : « Des huiles végétales de qualité, des principes actifs en réelle quantité et tout cela pour environ dix fois moins cher qu’une crème vendue en rayon. » Et pour être précis, une crème de jour hydratante (le soin le plus utilisé), coûte entre 2 et 5 euros (selon les ingrédients) lorsqu’on la fabrique, contre une vingtaine d’euros minimum pour les marques les moins prestigieuses que l’on trouve dans le commerce. Cela s’explique. Vous ne payez que les ingrédients. Pas de marketing (la moitié du coût d’un produit); pas d’intermédiaire ni de marge de distributeur ou de packaging… Les Ateliers de la souris verte, qui proposent d’apprendre à fabriquer ses produits d’hygiène, le montrent, toujours pour une crème de jour hydratante à base d’ingrédients bios certifiés : « Pour 50 millilitres environ, on a besoin de : 15 millilitres d’huile végétale (1 euro) ; 30 millilitres d’hydrolats aromatiques (0,96 euro) ; 2 grammes de cire émulsifiante (0,40 euro) ; 0,3 millilitre d’huiles essentielles (0,60 euro) ; 0,3 millilitre de conservateur (0,20 euro) ; un pot de 50 millilitres (1,50 euro) Coût total : 4,66 euros environ, pour un produit qui contient plus de 90 % de principes actifs ! »

Voici quelques soins à faire vous même !