Le Push Press: 5 erreurs qui vous empêchent de le réussir

Push Press
© Muscle & Fitness

Trop souvent négligé, le push press est un exercice précieux pour tout le haut du corps : bien exécuté, il vous assurera une musculature aussi puissante que parfaitement répartie. Semblable à un développé militaire, il se différencie par une impulsion des jambes qui vous permettra de soulever des charges plus importantes — et de mobiliser davantage vos muscles. Malheureusement, il est souvent mal exécuté. Voici cinq erreurs courantes au push press.

5 erreurs au push press

1) Des genoux poussées vers l’avant

Une poussée excessive vers lʼavant risque dʼatténuer la flexion des hanches qui prête au mouvement une force maximale. Poussez les genoux vers lʼextérieur comme pour un squat afin dʼassurer une impulsion puissante.

2) Une position imparfaite de la barre

La barre doit reposer sur les épaules et la clavicule, plaçant la charge dans lʼalignement des hanches. Lors du développé, vous pourrez ainsi diriger toute votre force en un mouvement rectiligne.

3) Une mauvaise respiration

Ne croyez pas que cʼest une évidence ! Nombre de personnes prêtent trop peu dʼattention à leur respiration alors quʼen la régulant, elles gagneraient facilement quelques reps par série. Avant dʼamorcer la descente, inspirez profondément en gonflant le ventre. Expirez une fois arrivé en position haute, puis inspirez à nouveau tandis que la barre redescend vers les épaules. Répétez lʼopération à chaque rep.

4) Un défaut de prise

Lʼécartement des mains peut varier de quelques centimètres selon les personnes ; la plage idéale commence dans lʼalignement des deltoïdes pour sʼen éloigner de 15 cm maximum. Une prise plus large amoindrira lʼeffet de levier — mais si elle est plus serrée, les coudes ne seront plus en bonne position pour amorcer la montée.

5) Un manque d’amortissement

Les novices oublient souvent de bien amortir la charge à la descente. En sʼaméliorant et en commençant à soulever de plus en plus, on a tendance à abaisser lentement la barre, comme dans le cas dʼun développé militaire — un geste susceptible dʼendommager la coiffe des rotateurs. Laissez-la descendre à une allure raisonnable, en fléchissant les genoux de 7 à 8 cm. Vous obtiendrez ainsi une meilleure réception, sans risquer de vous faire mal.