Minceur: le rôle du cerveau

Minceur: rôle du cerveau
© iStock

Vous voulez maigrir ? Alors misez sur votre cerveau ! Voici quelques astuces pour mettre votre cerveau en position « minceur » et perdre quelques kilos sans prise de tête.

Minceur: le rôle du cerveau

Mangez len-te-ment

Pourquoi ?

Il faut approximativement vingt minutes à l’organisme pour que le cerveau reçoive les premiers signes de satiété. Si vous avalez une énorme pizza en moins de dix minutes, vous ne laissez pas le temps à votre corps de connaître la satiété. Non seulement vous risquez de manger plus que nécessaire, mais vous allez aussi vous sentir lourde et ballonnée, car vous aurez mangé trop vite. Une étude menée par l’université américaine de Rhode Island est très explicite sur le sujet. Elle montre que lorsque les sujets observés pouvaient manger aussi vite et autant qu’ils le voulaient, ils avalaient quelque 649 kilocalories en 9 minutes. En revanche, quand ces mêmes sujets avaient pour consigne de manger par petites bouchées, ils avalaient une moyenne de 579 kilocalories en 29 minutes. De plus, une heure après avoir fini leur repas, ils se sentaient plus affamés s’ils avaient mangé vite que s’ils avaient mangé lentement. Pourquoi ? En mangeant lentement, nous permettons à tous nos sens d’être actifs, d’apprécier chaque bouchée et de ressentir la satiété. De plus, cette étude a mis en évidence un autre point: on boit davantage d’eau pendant le repas quand on prend son temps.

Comment ?

Faites comme les sujets de l’étude: mangez par petites bouchées et reposez votre fourchette entre chaque. Vous pouvez aussi essayer de manger avec des baguettes ! Mâchez, n’avalez pas tout rond. Gardez toujours un verre d’eau plein à côté de votre assiette pour boire tout au long du repas.

Restez concentrée sur votre assiette

Pourquoi ?

Mangez et faire autre chose en même temps ou manger en ayant l’esprit occupé ailleurs ? Deux mauvaises attitudes ! Pourquoi ? De nombreuses études ont mis en avant des différences significatives de quantité de nourriture avalée selon que l’on est concentré sur son assiette ou pas. La raison la plus simple qui expliquerait ce fait est que le cerveau mettrait plus de temps à recevoir les signes de satiété (puisqu’il est sollicité pour autre chose). Mais il semblerait aussi qu’en mangeant sans regarder son assiette, on se coupe de sens essentiels dans le processus de digestion: la vue et l’odorat. Nous ne pouvons ainsi pas analyser pleinement ce que nous mangeons.

Comment ?

Eteignez la télé, coupez la radio…et regardez votre assiette. Le repas doit être un vrai moment de pause. Oubliez les sandwichs avalés devant l’ordinateur ou en marchant. Prenez le temps de vous installer pour manger. Petite astuce si vous avez du mal à tenir en place plus de deux minutes: échangez la place de vos couverts. Vous tenez habituellement votre fourchette à droite et votre couteau à gauche ? Inversez-les. Vous serez obligé de rester concentré pour déguster votre repas.

Cachez les aliments tentants

Pourquoi ?

Parce que vous aurez potentiellement moins envie de ce que vous ne voyez pas ! Si vous êtes occupée, vous allez facilement oublier le paquet de bonbons planqué au fond du placard. Si vous l’avez sous le nez toute la journée, vous allez forcément y penser. Brian Waskin, nutritionniste, a ainsi réalisé une petite expérience très révélatrice: il a disposé des chocolats dans des bocaux opaques ou en verre transparent, dans un bureau où plusieurs personnes travaillaient en Open Space. Les bocaux étaient disposés à différents endroits du bureau, certains bocaux à portée de main, d’autres plus loin. Résultats ? Les personnes ont systématiquement pioché dans les bocaux en verre et ont mangé davantage de chocolats quand ils étaient visibles. Voir créer l’envie (c’est le principe de la pub!). On mange plus facilement ce que l’on voit. A chaque fois que vous vous retrouvez face à de a nourriture, vous devez vous demander s vous allez manger ou pas. Si vous n’êtes pas face à des aliments, la question ne se pose pas.

Comment ?

Dans l’idéal, enlevez tout ce qui est à risque de vos placards. Sinon, préférez tous les contenants opaques (boîtes en métal par exemple), l’idée étant de ne pas laisser confiseries, gâteaux et chocolat à portée de vue.

Changez d’assiette

Pourquoi ?

Vous pensez que seul le contenu compte ? Vous vous trompez. Le contenant joue un rôle non négligeable. Différentes études vont dans ce sens. Ainsi, la présentation et l’assiette utilisée donnent des indications au cerveau sur l’aliment lui-même: sera-t-il bon, sain, diététique ? Une étude américaine a ainsi montré que les personnes qui avaient mangé le même gâteau dans une assiette l’avaient trouvé meilleur que celles qui l’avaient mangé dans un papier ou une barquette en carton. De même, la taille du contenant n’est pas anodine. Une quantité égale de nourriture n’est pas dut tout perçue de la même façon si elle est servie dans une petite, une moyenne ou une grande assiette. Plus le contenant est grand et moins on se sent rassasié (et plus on mange). A contrario, selon une autre étude publiée dans le British Medical Journal, ce sont les quantités d’alcool versées dans les verres qui changent selon le contenant. Plus le verre est petit et large, plus on le remplit (par rapport à un verre étroit et haut). Résultat ? De 20 à 30% d’alcool consommés en plus dans les petits verres ! Enfin, il semblerait que l’on mange moins quand la couleur de la nourriture tranche sur l’assiette (évitez le rie ou les pâtes nature dans une assiette blanche).

Comment ?

Sortez la jolie vaisselle et soignez la présentation de vos plats. Principe essentiel: dans des assiettes de petit format et dans la bonne couleur ! Le riz ? Dans un petit bol noir. les spaghettis bolognaise ? Dans une petite assiette blanche.