Le « Thigh Gap » n’est pas une question de poids

©Youtube officiel Madalin Giorgetta

Une prof de fitness de 28 ans prouve que le « thigh gap » n’est pas une question de poids, mais de morphologie

Le « Thigh Gap » est le terme employé pour désigner des cuisses qui ne se touchent pas.

Entre un challenge ridicule, des dizaines de régimes et des pubs retouchées, l’obsession du Thigh Gap n’a cessé d’envahir les esprits des jeunes filles pouvant déclencher des troubles du comportement alimentaire. Lundi 19 mars, Madalin Giorgetta a tenu à rappeler un point important concernant cette mode du « thigh gap » dans une vidéo publiée sur sa chaîne Youtube.

La prof de fitness Australienne explique possède ce fameux Thigh Gap « signe de minceur ». Régulièrement jugée par cet écart entre ses cuisses, elle est accusée de retoucher ses photos.

« Nous avons toutes des formes de corps différentes et nous avons toutes des tailles différentes. Parfois, les gens ont un écart entre leurs jambes, parfois, ils n’en ont pas. »

La jeune femme de 28 ans affirme qu’aucun exercice ne lui a permis d’obtenir cet espace. « C’est juste de la génétique. Mon écart n’est que génétique« , explique Madalin Giorgetta.

Le « Thigh Gap » n’est ni une question de poids, ni de muscle ! 

La coach explique que « quand tu construis un muscle, il grandit, il grossit. Donc, quoi qu’il arrive, vous créerez moins d’espace entre vos jambes en vous musclant. »

Sur Instagram, la jeune femme déclare : « Ne vous compa­rez pas à un étran­ger parce que les photos ne révèlent pas la véri­table image. Sur une photo, vous pouvez poser et vous fléchir pour montrer votre meilleur aspect. Il est facile de trans­for­mer votre corps en 15 secondes avec quelques chan­ge­ments« . Dans une vidéo, elle montre une astuce pour donner l’illusion d’avoir un Thigh Gap.Madalin Giorgetta rapproche ses deux pieds au point qu’ils se touchent, tout en gardant ses cuisses espa­cées et les genoux fléchis vers l’ex­té­rieur.

Avec cette vidéo, Madalin Giorgetta dénonce les critères de beauté et tente de mettre en avant la « body positivity » en affirmant que tout n’est qu’une question de morphologie et d’illusion et qu’il faut accepter son corps tel qu’il est.