Le corps, thérapeute de l’esprit

©iStock

Plus qu’une enveloppe charnelle, le corps est aussi la boîte de résonance de notre psychisme. S’il se fait l’écho de nos troubles intérieurs, il est aussi doué d’un autre pouvoir : celui d’aider à les guérir. Les thérapies corporelles, en détendant le corps et en libérant l’esprit, portent en elles promesses d’équilibre et de bien-être

Pascal est angoissé, tendu, il se sent mal dans sa vie. Hélène, elle, a une douleur persistante dans le dos, localisée et lancinante. Patricia, outre ses soucis de boulot, souffre de troubles digestifs quotidiens et incommodants. Pour les trois, réflexe pavlovien, direction le médecin, guérisseur présumé de tous nos maux. Or le médecin soigne la maladie, l’organe, le symptôme. Il se penche rarement sur la globalité du corps ou sur le fonctionnement psychique. Selon le Dr Yves Davrou, médecin sophrologue, « cela commence à changer, car certains médecins se rendent compte que si l’organe est malade, c’est parce que l’individu tout entier est en dysharmonie ». Ils réalisent que le symptôme physique est parfois le résultat de troubles psychologiques. Pour le médecin Serge Rafal, les interactions entre le corps et le psychisme sont permanentes. En effet, si le corps peut trahir un mal-être, il peut également apaiser les tensions internes.

Écouter son corps

C’est donc un tout qu’il convient de soigner. De nombreuses thérapies ont pour but d’envoyer un message corps-cerveau ; c’est le cas de la réflexologie, de l’acupuncture, de la mésothérapie. Le message transite par influx nerveux vers le cerveau et restaure certains déséquilibres. Suzanne Képès, gynécologue et psychosomaticienne disparue en 2005, le disait : la relaxation est le lieu par excellence de l’écoute du corps et de l’esprit. Elle estimait que le corps était le dépositaire de tout ce qui s’est déroulé dans le psychisme depuis le premier jour de la vie : « Il est le siège de toutes les sensations, impressions, fantasmes, conflits, plaisirs et refoulements ». Écouter le corps permet de découvrir des zones profondément enfouies.

Faire le silence intérieur

La relaxation, la méditation, la sophrologie, le yoga, le zen : chacune de ces thérapies intervient sur le corps pour mieux libérer l’esprit. Chacune à sa manière incite au silence intérieur, synonyme de repos, d’énergie retrouvée et de découverte de soi. Pour Suzanne Képès, « les sensations du corps parviennent au cerveau et à la conscience selon des processus complexes dont le résultat est l’accession progressive au bien-être ». Les difficultés se règlent et le corps ainsi nourri réagit de manière optimale en conservant toute son énergie.

Se ressourcer

Le stress de la vie quotidienne, l’exigence d’efficacité, de rentabilité et d’adaptabilité permanente finissent par miner de l’intérieur un grand nombre de personnes. Serge Rafal met en garde contre le stress oxydatif, qui attaque nos cellules et pourrait, selon de récentes études, être responsable de maladies graves. Si le stress est indispensable à la vie, car  il permet d’avancer, d’oser, de travailler efficacement, voire de procurer un certain plaisir, il peut également être la source d’angoisses et de profondes détresses. Alors que certaines personnes gèrent leur stress naturellement, en faisant du sport, en vivant une passion ou en rencontrant des amis, d’autres pratiquent des thérapies corporelles dites relaxantes, énergisantes ou encore des psychothérapies. Quelle que soit la formule, l’essentiel est de trouver du temps pour se ressourcer, pour libérer son esprit, pour soigner son corps. Le but étant d’une part de se vider de ses tensions pour, d’autre part se remplir d’énergie.

Se faire plaisir

En s’occupant de leur corps, certaines personnes vont recommencer à s’occuper d’elles et ainsi réenclencher un cercle vertueux. En pensant à elles, en se ménageant des moments de douceur, de plaisir, elles vont se ressourcer et s’apaiser. Ces pauses sont essentielles pour recharger les batteries, neutraliser le stress par le plaisir, et susciter une nouvelle énergie saine et vive. Que ce soit une promenade à la campagne, un bain chaud, flâner dans une librairie, aller au restaurant, tout ce qui est source de plaisir est utile au bien-être et à la santé. L’important est de prendre du temps pour soi, de s’accorder le droit au plaisir physique dans toute son étendue. Laisser le corps ouvert à la symphonie des sens, goûter la vie, la savourer. C’est le meilleur moyen de trouver le chemin de la paix intérieure.