Katie Corio: le fitness trait à trait

Katie Corio
© Per Bernal

Au départ, Katie Corio rêvait d’être artiste. Finalement, elle a fait de son corps une oeuvre d’art et elle influence des milliers de personnes grâce à son indépendance, ses conseils et même ses dessins qu’elle partage en ligne.

Katie Corio: le fitness trait à trait

Pendant son enfance dans la ville paisible d’Albuquerque, au Nouveau-Mexique, Katie Corio n’avait jamais imaginé qu’elle allait un jour devenir une star du fitness avec presque 400 000 abonnés à son compte Instagram. « J’étais une fille timide et studieuse », dit-elle. Si on avait dit à cette fille le tour qu’allait prendre sa vie, elle vous aurait ri au nez. Pourtant, tout a changé quand elle a démarré des études d’art à l’université de San Diego et qu’elle a découvert les fêtes et la malbouffe. Tandis qu’elle essayait un bikini avec une amie, le miroir devant elle lui a renvoyé le reflet d’une jeune femme triste et boudinée. C’en était trop. Elle a décidé alors de se lancer dans le fitness, de changer son cursus pour étudier la kinésiologie et de prendre un abonnement à la salle pour sculpter son corps et participer à des concours. « Je suis tombée complètement amoureuse du fitness, dit-elle. Il m’a transformée de la meilleure manière possible. » A présent, à 24 ans, Katie Corio vole de succès en succès et sert d’inspiration à ses fans avec ses programmes d’entraînement en ligne, ses vidéos de séances, ses podcasts et même son art. Nous avons passé un moment avec elle pour parler de sa transformation, de sa motivation et du temps qu’elle a passé pour Hulk.

Beaucoup de gens veulent changer leur vie mais ont du mal à le faire. Comment y êtes-vous arrivée ?

Je ne savais même pas ce qu’était un curl, alors j’ai commencé à suivre des gens en forme sur Instagram et à copier ce que faisaient les autres à la salle. J’ai ravalé ma fierté pour demander des conseils. Je savais que si je persistais, j’allais changer, c’était sûr. A présent, je suis coach de niveau expert et une nutritionniste sportive agréée.

Vous avez gagné la catégorie Bikini au concours NPC Ferrigno Legacy en 2015.

Oui c’est marrant: pendant ma préparation, j’ai gagné un concours dont le prix était une séance avec Lou Ferrigno au Gold’s Gym de Venice, en Californie. Je suis passée sur Eric, the Trainer’s Celebrity Sweat avec lui, c’était vraiment génial !

Vous avez une anectode de ce moment passé avec Lou Ferrigno ?

Il était super sympa et vraiment marrant. Quand je suis arrivée, il m’a soulevée du sol et m’a dit qu’il était vraiment heureux de me voir. Puis il m’a laissée le battre au bras de fer. J’ai des photos pour le prouver !

Vous avez aussi participé à des concours de powerlifting, pas vrai ?

Il y a deux ans, on m’a diagnostiqué une polyarthrite rhumatoïde. Ca a été très dur, mais aussi très motivant parce que j’ai pu partager mon histoire avec mes abonnés sur Instagram et YouTube et aider les gens souffrant de la même maladie. Je l’ai contrôlée à l’aide d’un régime anti-inflammatoire et j’ai décidé de participer à des concours de powerlifting, parce qu’il n’était pas question de céder. Être montée sur scène à ce moment de ma vie, c’es l’une de mes plus belles réussites.

Vous pratiquez toujours votre art ?

Oui. Ma résolution du Nouvel An, c’était de dessiner tous les jours. Je me concentre sur les supports secs et j’utilise des crayons graphites, de la craie et des pastels.

Vous manquez parfois de motivation ? Dans un tel cas, que faites-vous ?

Bien entendu. C’est bien naturel. C’est même humain. Quand je me réveille et que je n’ai pas envie d’aller à la salle, je m’oblige à y aller, et parfois, c’est là que je fais mes meilleures séances. Cependant, si je fais quelques mauvaises séances d’affilée, je me donne une semaine de repos, puis je repars à la salle avec le feu au ventre. C’est ça aussi qui est important, écouter son corps.