Je booste mes pâtes !

Recettes de pâtes minceur
© iStock

Penne, linguine, farfalle… Ces gludices complexes sont un carburant rêvé pourune journée au top. Encore faut-il bien les préparer pour bénéficier d’un max de bienfaits. Notre nutritionniste vous a concocté l’assiette idéale pour manger des pâtes sans grossir !

3 recettes de pâtes pour trois objectifs

Les pâtes de la sportive

Je choisis des pâtes artisanales, que l’on trouve en épiceries fine ou en grande surface. La semoule de blé dur leur assure une bonne tenue à la cuisson.

J’ajoute un légume de saison comme les brocolis. Afin de préserver les vertus de ce crucifère bourré d’antioxydants, faites-le cuire à la vapeur et retirez-le encore croquant.

Je termine par un filet d’huile d’olive de bonne qualité, première pression à froid, riche en oméga 3.

Les pâtes « minceur »

Je choisis des pâtes complètes, plus riches en fibres et à l’indice glycémique plus faible que les produits raffinés. Attention, les pâtes ne vous font pas perdre de poids, mais aident à le stabiliser ! Consommés à midi, elles permettent d’obtenir une satiété correcte, un atout précieux pour résister aux fringales de l’après-midi !

J’ajoute des champignons de paris émincés. Peu caloriques (seulement 15 kcal/100g) leur robe blanche délivre les vitamines du groupe B, gages de vitalité, et de la provitamine D, qui aide à fixer le calcium. Et une protéine maigre comme une escalope de poulet de bonne qualité, grillée et coupée en dés, ou des grosses crevettes décortiquées.

Je saupoudre avec de la coriandre fraîche. Cette plante herbacée est riche en caroténoïdes, notamment en bêtacarotène, précurseur de la vitamine A, qui préserve la peau, le système immunitaire et les os. Et on termine avec un filet de jus de citron, pour le goût !

Les pâtes gourmandes

Je choisis des pâtes fraiches ! Elles ont un goût plus prononcé et on en consomme en moindre quantité car la bonne teneur en humidité du blé dur permet d’arriver plus rapidement à la sensation de satiété.

J’ajoute toute l’Italie ! Du pesto frais, des tomates séchées, des champignons en conserve préalablement sautés avec une gousse d’ail émincée.

Je termine par de l’huile d’olive vierge, deux tours moulin de poivre noir, et un peu de parmesan de caractère qui permet d’éviter l’emploi du gruyère, plus fade et plus gras.