Comment gérer sa fringale ?

©iStock

Gérer sa fringale ? La belle affaire…  Tentée par du sucré, du salé, ou tout ce que vous avez sous la main ? La meilleure façon de résister à la tentation n’est pas toujours d’y succomber… Les explications de Julie Ferrez

Pourquoi j’ai faim, tout d’un coup ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer la fringale :

  • La cause « physique » : j’ai sauté un repas, j’ai faim tout le temps car je n’ai pas su donner au bon moment ce qu’il fallait à mon corps ;
  • La raison « émotionnelle  » : je suis stressée par un collègue ou mon patron. On pique un coup de colère intérieure, le stress monte, et met en jeu l’adrénaline et le cortisol. Cela dérègle la glycémie (le taux de sucre dans le sang, ndlr), qui va redescendre. Résultat : on se calme en mangeant.
  • La régulation « normale » (ou presque)! Je fais trois repas par jour, mais j’ai toujours ces petits creux à 11H ou à 17 h. Vous savez ce qu’il vous reste à faire, fractionnez ! Rajoutez une collation saine à 11h, et à 17 h !
  • Le besoin de « récompense » : j’ai eu une dure journée, je la mérite ! Là, on est plus dans le péché mignon.

La fringale, acceptez-là !

Pour bien gérer sa fringale et l’accepter, essayez de comprendre ce qui se passe, notamment si c’est une fringale de type « émotionnel ». Grâce à cette démarche, vous trouverez la réponse à la question : « j’ai faim, mais pourquoi ai-je faim ? ». Essayez de feinter, en occupant votre esprit sur autre chose : buvez un verre d’eau, faites une ballade ou une liste de 3 choses qui vous font du bien. Si au bout d’une heure l’envie ne passe pas, octroyez-vous un encas que vous allez choisir, et non subir ! On opte pour le plaisir par la santé : « je fais ce qui est bon pour moi et cela me fait du bien ! » et non « je craque parce que ça me fait du bien sur le moment ».

Craquez malin ! 

Première hypothèse : vous craquez vraiment ! La victime ? 500 grammes de pastilles qui fondent plutôt dans la bouche que dans la main. Pas de panique ! On ne culpabilise pas, car derrière cela, il y a l’idée qu’on se punit un peu soi-même. Par contre, on compense avec 15 minutes de corde à sauter, ou 10 fois 45 secondes de jumping Jack. Le repas du soir, on limite les glucides et on se la joue poisson / légumes verts.

Deuxième hypothèse : vous avez envie de craquer, mais vous reprenez le contrôle de vous-même au dernier moment. On pense donc « stratégie », et on ruse avec trois collations saines, malines et plaisir, au choix :

  • un fromage blanc de qualité, des framboises, une demie cuillère de sirop d’agave

Pourquoi c’est bon pour vous ? Parce qu’il y a une protéine (effet rassasiant), un fruit (des fibres et des vitamines), et que le sirop d’agave est une source naturelle de sucre, au pouvoir sucrant plus élevé, donc, on en met moins !

  • un yaourt + des céréales granola

Pourquoi c’est bon pour vous ? Outre la protéine de lait contenue dans le yaourt, les granola constituent un bon encas. Mélange d’avoine, de miel, de graines et d’oléagineux, ces céréales non raffinées permettent d’arriver à satiété rapidement.

  • une tranche de jambon de qualité + pain de seigle complet

Pourquoi c’est bon pour vous ? Le pain de seigle complet possède un indice glycémique très faible (32/100). Donc, il libère l’énergie progressivement dans le sang, et vous évite les « coups de barre » de fin de journée.