Qu’est ce que l’entraînement par intervalles ?

Entraînement par intervalles
© iStock

Pour perdre du poids, de nouvelles méthodes « miracles » sortent tous les jours. Le seul truc qui importe, c’est brûler plus de calories que vous n’en consommez. Et pour brûler des calories, rien ne faut l’entraînement par intervalles !

L’entraînement par intervalles

Découverte par le médaillé olympique tchèque Emil Zatopek, cette méthode d’entraînement alterne phases d’effort et de récupération (intervalles). Entre deux séries d’endurance intensives, les courts moments de répit ne permettent jamais au corps de se reposer pleinement et optimisent l’exercice.

L’entraînement par intervalles a pour but d’améliorer la puissance, la vitesse, la tolérance au lactate et sa création, la récupération maximale d’oxygène et le rythme. Il aide également à perfectionner et à économiser les mouvements, donc à améliorer la coordination inter et intramusculaire. Utiles à divers types de sports, ces objectifs profitent largement de cette technique. Les sprinteuses, les coureuses et les marathoniennes, mais aussi les cyclistes, les nageuses, les rameuses, les grimpeuses et les skieuses de fond s’en servent pour se préparer aux compétitions.

Comment ça marche ?

L’entraînement par intervalles varie en fonction des objectifs que vous vous fixez, mais aussi du type d’activité pratiquée. En règle générale, les séries à intervalles courts (et donc rapides) permettent d’améliorer la vitesse. Celles plus longues renforcent les capacités aérobies. Dans certains cas, un manque de phases freine ou annihile les progrès, et des répétitions trop nombreuses gênent les performances. Attention : les pauses intermédiaires sont essentielles pour permettre au corps de se reposer (bien que partiellement). Dans tous les cas, le système d’alternance entre efforts violents et calmes propose un résultat bénéfique.

Exemple d’entraînement par intervalles

  • 10 min de course d’endurance
  • 1 min de sprint (70 % FCM*)
  • 3 min de course ralentie
  • 1 min de sprint (80 % FCM*)
  • 3 min de course ralentie
  • 1 min de sprint (85 % FCM*)
  • 3 min de course ralentie
  • 10 min d’endurance, redescente incluse

*FCM= Fréquence Cardiaque Maximale