Comprendre la nutrition sportive !

Cuisiner minceur
© iStock

Envie d’adopter un mode de vie sain et sportif ? En plus d’un entraînement assidu, vous devez avoir une alimentation capable de vous fournir l’énergie dont vous avez besoin ! pour cela, on répond à vos questions sur la nutrition sportive !

Comprendre la nutrition sportive !

Dois-je contrôler mes stocks de minéraux ?

Si vous prévoyez un effort extrême (comme un marathon), vous avez besoin d’ajuster vos réserves de minéraux de manière ciblée. Le magnésium (600mg par jour) est le meilleur complément pour lutter contre les crampes musculaires. D’autres produits, comme le kalium (5g par jour pour les sportives) se montrent efficaces pour combattre les crampes ou pour libérer le maximum de capacités. Comme souvent, une grande partie de ces rations est éliminée par la transpiration et difficile à absorber à travers l’alimentation. Contrairement au sodium largement présent dans le sel de cuisine (dose quotidienne sportive: 15g/jour). Quant au potassium, on le trouve essentiellement dans les germes de soja et les abricots (même séchés).

Pour de longs efforts, ai-je besoin de beaucoup d’hydrates de carbone, tels que pâtes, riz et pommes de terre?

Plus l’entraînement est intense, plus les muscles ont besoin d’énergie. Toutefois, si vous utilisez moins de 70% de vos capacités, votre organisme ne nécessite aucun hydrate de carbone supplémentaire. En effet, sous cette barre, il puise sa force dans les graisses. Ce n’est qu’au-delà de ce seuil que les glucides rentrent en action. Concrètement, une sportive qui ne bouge qu’une heure par jour n’a pas besoin d’adapter son alimentation pour augmenter sa ration quotidienne d’hydrates de carbone. Elle devrait plutôt se concentrer sur les lipides et les protéines, en mangeant de la viande, du fromage, du lait, des oeufs, de l’huile végétale, du tofu ou des fruits à coques. En revanche, il peut être utile d’absorber plus d’hydrates de carbone pour les phases très intensives de l’entraînement, c’est-à-dire les sprints, les intervalles, la musculation ou les préparations intermédiaires aux compétitions.

Certaines vitamines aident-elles à développer l’endurance ?

Contrôlez vos réserves de vitamine B1 (thiamine), qui aide l’organisme à assimiler les hydrates de carbone et s’avère donc indispensable pour les sports d’endurance. La thiamine n’est stockée qu’à très court terme dans le corps, et ses réserves doivent être régulièrement reconstruites. Ceci dit, il n’est pas difficile d’en trouver, puisque Mère Nature en met un peu partout: dans les noisettes, les graines, les noix…

Quand dois-je faire le plein de glucides ?

Plusieurs heures sont nécessaires pour remplir les réserves de glycogène. Il n’y a aucun intérêt à avaler une assiette de pâtes juste avant de bouger. Préférez vous y prendre 4 à 6 heures avant un entraînement intensif ou une course.

Quel ingrédient est indispensable à toute boisson sportive ?

Ajoutez toujours une pincée de sel de cuisine pour un litre de boisson. Celui-ci est indispensable car le sodium qu’il contient s’avère véritablement vital lors des efforts de longue durée. Explication: le corps humain contient beaucoup d’eau, or le sodium a pour but de le maintenir dans les cellules et le sang. Lors d’un effort particulièrement intense, l’essentiel de ce que vous buvez est redirigé vers les reins pour être évacué. D’autres sels sont éliminés par ce même processus, vous risquez alors la crampe.