Ce qu’il faut savoir sur les probiotiques

©iStock

Les probiotiques, on en parle beaucoup, on en consomme parfois, mais on en voit très peu ! Pourtant, ils aident à réguler l’équilibre de notre flore intestinale. Qui sont ces bactéries qui nous veulent du bien ? On fait le point avec Philippe Langella*

Qu’est-ce qu’un probiotique ?

Selon la définition officielle de l’OMS, il s’agit de micro-organismes (bactéries ou levures), qui ingérés en quantité régulière et de façon adéquate, peuvent avoir des effets bénéfiques pour notre santé au-delà de leurs valeurs nutritionnelles. On les trouve principalement dans les produits laitiers fermentés et dans certains compléments alimentaires.

Où les trouve-t-on ?

Les bactéries probiotiques sont pour la plupart des bactéries lactiques (BL) largement utilisées dans l’industrie agro-alimentaire, mais seules certaines souches de BL auront des propriétés probiotiques. Ces bactéries probiotiques se retrouvent principalement dans des produits laitiers fermentés et des compléments alimentaires. Aujourd’hui, le seul produit alimentaire dont l’allégation santé « probiotique » a été acceptée par l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments(EFSA) est le yaourt. Le yaourt est un produit laitier fermenté par deux bactéries lactiques dont les effets positifs sur l’intolérance au lactose ont été reconnus (Lactobacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus). Les BL sont aussi présentes dans d’autres aliments (choucroute, saucisson, olives…), mais en quantité peu significative.

Comment ça marche ?

Notre système immunitaire dialogue avec notre microbiote, ou flore intestinale, qui contient 100 000 milliards de bactéries. Cet écosystème est propre à chacun et se reconstitue à l’identique même après une prise d’antibiotique qui va détruire une partie de notre flore. Lors de leur transit, les probiotiques se retrouvent en contact avec nos cellules immunitaires et peuvent stimuler notre système immunitaire et nous protéger des bactéries et virus pathogènes. Une des indications les plus fréquentes revendiquées pour les probiotiques est la protection contre les diarrhées.

Pourquoi en prendre ?

On peut en prendre pour lutter contre l’intolérance au lactose ou stimuler son système immunitaire contre les infections hivernales. Par ailleurs, de nombreux travaux récents ont permis de mieux déterminer la composition de notre microbiote intestinal. On sait maintenant que dans certaines maladies comme la maladie de Crohn, le diabète ou l’obésité, on observe des déséquilibres de notre flore appelés dysbiose intestinale. Cela peut survenir après un état de fatigue chronique, un stress émotionnel important, mais également du fait d’une mauvaise alimentation (junk food, sauts de repas…) ou encore par la prise de certains médicaments comme les antibiotiques. Si l’on est en bonne santé, les effets d’une prise régulière de probiotiques peuvent être réels mais seront limités dans la mesure où le consommateur est déjà en bonne santé.

Prébiotiques / probiotiques, quelle différence ?

Les probiotiques sont desmicro-organismes (bactéries, virus, levures). Les prébiotiques, eux, sont des sucres non digérables par l’homme (cellulose, lactose…) mais très appréciés de notre flore intestinale. Très résistants lors de leur passage dans l’estomac et l’intestin grêle, ils vont fournir de l’énergie aux probiotiques et aux bactéries de notre flore intestinale pour qu’ils accomplissent au mieux leur mission. On les trouve dans les fruits et légumes riches en fibres (artichauts, bananes, poireaux, aubergines, salade frisée, ail…)

Sont-ils plus efficaces dans les compléments alimentaires ?

Dans un produit laitier probiotique (yaourt, par exemple), il y a environ une centaine de millions de bactéries par ml. Donc, si vous aimez le goût de ces produits, joignez l’utile à l’agréable. Vous pouvez aussi opter pour des compléments alimentaires qui contiennent des quantités comparables à celles des yaourts.

Le + :  Les ennemis de la flore intestinale

La flore intestinale désigne l’ensemble des micro-organismes que l’on trouve dans le tube digestif. Elle atteint sa maturité et sa composition définitive à 2 ans et elle est unique pour chaque individu, un peu comme une empreinte génétique. Ce microbiote permet entre autres de maintenir l’intégrité de la paroi intestinale. Cette fonction est très importante car si la paroi intestinale devient trop perméable, les toxines qui n’ont pas pu être éliminées par l’intestin pénètreront dans l’organisme. Il est donc préférable d’éviter les comportements suivants :

–       ne pas mastiquer assez, manger trop rapidement

–       faire l’impasse sur les fruits et légumes

–       mélanger trop d’aliments au cours d’un même repas (protéines, féculents, sucres, alcools forts…)

–       la prise « automatique » d’antibiotiques

–       les repas pris en situation de stress ou d’angoisse

–       une alimentation trop riche en sucres industrielles et graisses saturées

* Directeur de recherche dans l’unité MICrobiologie de l’ALImentation au service de la Santé Humaine à l’Inra de Jouy-en-Josas.