Les algues : armes anti métaux-lourds ?

algues métaux lourds
@iStock

Parmi les métaux lourds, on en compte trois majeurs : le mercure, le plomb et le cadmium. La réduction des métaux lourds toxiques dans l’industrie au cours des dernières années est une bonne chose. Mais le problème réside dans le fait que bon nombre des sources de contamination sont anciennes et se dégradent aujourd’hui dans l’environnement. Mais il semble que la nature n’ait pas dit son dernier mot pour nous en préserver. Certaines algues ont des vertus d’absorption des métaux lourds à faire pâlir n’importe quel composé chimique dédié à cette tâche. Mais attention, toutes les algues ne sont pas des alliées de votre santé. Nous avons d’ailleurs récemment publié une mise en garde sur les risques de cette tendance alimentaire que vous pouvez retrouver ICI.

Les métaux lourds à la loupe.

Mercure

Des cas d’empoisonnement au mercure ont été signalés dans de nombreuses régions du monde, entraînant de nombreux décès chaque année. L’exposition au mercure entraîne des effets nocifs sur presque tous les organes. Il devrait être considéré comme une menace silencieuse très dangereuse pour l’homme et l’environnement. Le mercure est utilisé dans l’industrie électrique (interrupteurs, thermostats, batteries), la dentisterie (amalgames dentaires) et de nombreux procédés industriels. Notamment dans la production de soude caustique, dans les réacteurs nucléaires, ou comme agent antifongique pour la transformation du bois métal. Mais également en conservateur de produits pharmaceutiques. L’exposition au mercure se produit généralement lors de la consommation d’aliments contaminés, de l’accès à certains soins dentaires, de l’utilisation de thermomètres au mercure, de l’exposition professionnelle dans les mines ou usines de piles. La toxicité du mercure n’est pas souvent incluse dans le diagnostic des symptômes courants telles que fatigue, anxiété, dépression, perte de poids, perte de mémoire et difficulté à se concentrer.

Plomb

Le plomb est un métal naturellement présent en petites quantités dans la croûte terrestre. Mais bien qu’il fasse partie de l’environnement, les activités anthropiques telles que la combustion des combustibles fossiles, l’exploitation minière et la fabrication contribuent à en libérer de fortes concentrations. Le plomb a de nombreuses applications industrielles, agricoles et domestiques. Il est actuellement utilisé entre autres dans la production de batteries au plomb, de munitions, de produits métalliques (soudure et tuyaux). L’exposition au plomb se produit principalement par inhalation de particules de poussière ou d’aérosols contaminés et par l’ingestion d’aliments, d’eau et de peintures. Les adultes absorbent 35 à 50% du plomb dans l’eau potable et le taux d’absorption chez les enfants peut être supérieur à 50%. Le plomb affecte plusieurs organes du corps, notamment les reins, le foie, le système nerveux central, le système hématopoïétique, le système endocrinien et le système reproducteur. Chez les enfants, les études ont montré que l’intoxication au plomb peut avoir des effets désastreux. Diminution de l’intelligence, quotient intellectuel inférieur, développement neuro-comportemental retardé ou altéré, diminution de l’acuité auditive, troubles de la parole et du langage et retard de croissance. Une exposition forte au plomb provoque des lésions cérébrales, rénales et des maladies gastro-intestinales. Tandis qu’une exposition chronique peut entraîner des effets indésirables sur le sang, le système nerveux central, la tension artérielle, la pression artérielle, les reins et le métabolisme de la vitamine D.

Cadmium

Le cadmium est un métal lourd préoccupant sur le plan environnemental. Il est largement réparti dans la croûte terrestre à une concentration moyenne d’environ 0,1 mg / kg. Le plus haut niveau de composés de cadmium dans l’environnement s’accumule dans les roches sédimentaires et les phosphates marins qui contiennent environ 15 mg de cadmium / kg . Les principales voies d’exposition au cadmium sont l’inhalation ou la fumée de cigarette et l’alimentation. L’absorption cutanée est rare. Le cadmium est présent à l’état de traces dans certains aliments tels que les légumes-feuilles, les pommes de terre, les graines, les abats, les crustacés et mollusques, les champignons, le cacao et les algues séchées. L’exposition chronique par inhalation aux particules de cadmium entraîne une altération de la fonction pulmonaire. L’exposition au cadmium en suspension dans l’air sur le lieu de travail a été associée à une diminution de la fonction olfactive. Plusieurs études ont mis en évidence une association entre une exposition chronique à de faibles concentrations de cadmium et une diminution de la densité minérale osseuse et de l’ostéoporose. Ce métal est un irritant pulmonaire et gastro-intestinal grave qui peut être mortel en cas d’inhalation ou d’ingestion. Après une ingestion aiguë, on note l’apparition de symptômes tels que douleurs abdominales, sensation de brûlure, nausées, vomissements, salivation, crampes musculaires, vertiges, choc, perte de conscience et convulsions, intervenant dans les 15 à 30 minutes. L’intoxication aiguë de cadmium peut également provoquer une érosion du tractus gastro-intestinal, des lésions pulmonaires, hépatiques ou rénales et le coma.

Les algues au secours de l’intoxication aux métaux lourds

Les algues ont été largement étudiées car elles ont la capacité d’absorber naturellement les métaux lourds de leur environnement. Certaines algues récoltées dans l’océan ont indiqué un taux d’absorption impressionnant des métaux. Les algues brunes semblent être les plus efficaces. La spiruline et la chlorelle protègent particulièrement bien de l’exposition au plomb et au cadmium.

Chlorelle

La biosorption a toujours été décrite comme une méthode prometteuse pour traiter divers types de polluants. Les micro-algues sont l’un des biosorbants les plus importants. Certaines algues (Chlorelle, Scenedesmus, Hydrodictyon) sont globalement plus performantes que les autres. Certaines espèces d’algues éliminent plus de 90% d’au moins un métal et leur performance relative varie selon le métal visé. La Chlorella vulgaris pourrait tolérer une concentration élevée de 100 µg / ml de plomb. Les résultats d’une étude ont montré que la chlorelle pouvait inhiber l’absorption du strontium (radioactif) dans le sang et en améliorer l’élimination. Lors de l’enlèvement des amalgames dentaires (au mercure), du charbon actif ou de la chlorelle peuvent être placés avec un rouleau de coton et de la gaze sous les dents. Cela aide à intercepter les particules et à absorber les métaux dissous qui pourraient causer une intoxication.

Soutien alimentaire

Certains aliments spécifiques ont la capacité d’aider à réduire la toxicité des métaux lourds.
  • Tomates (riches en fer, calcium, sélénium, zinc, vitamines B et C, quercétine et naringénine)
  • Baies (riches en éléments essentiels, vitamine C, anthocyanes et catéchines)
  • Oignons (riches en sélénium, quercétine et vitamines B et C)
  • Ail (riche en composés soufrés, éléments essentiels et vitamines C et E)
  • Raisins (riches en vitamines, éléments essentiels et anthocyanes).

Dans l’idéal, évitez de vous exposer aux métaux lourds. Vous pouvez ponctuellement faire une cure détox à base de chlorella qui vous évitera bien des désagréments. Mais encore une fois, attention aux algues que vous choisissez. Rapprochez-vous de votre médecin pour lui en parler si vous souhaitez nettoyer votre organisme des métaux lourds.