5 raisons de bien s’hydrater

© iStock

Après l’oxygène, l’eau est le deuxième élément vital. Sans elle, aucun système ne peut fonctionner correctement. Que vous soyez une sportive du dimanche ou confirmée, mieux vaut prévenir que guérir. Alors, hydratez-vous ! 

 1. Je reste en forme

Le corps, capable de constituer des réserves sous formes de glucides (sucres) et de graisses, ressemble plus à une éponge, qui doit toujours rester humide. Voilà pourquoi il est important de s’hydrater. Une condition essentielle pour rester en forme et poursuivre l’effort.

L’eau est nécessaire au bon fonctionnement de chacune de nos cellules ainsi qu’au maintien de la température corporelle. S’hydrater correctement permet de maintenir un volume sanguin suffisant, apportant une bonne oxygénation des tissus, optimisant ainsi toutes les fonctions de l’organisme. La meilleure boisson qui puisse exister demeure l’eau minérale ou celle du robinet. C’est la seule qui ne soit pas diurétique et qui ne contienne pas de calorie.

 2. Je préserve mon capital beauté

Même si certaines d’entre vous ne paraissent pas leur âge, prenez soin de votre peau en vous hydratant aussi de l’intérieur. L’épiderme est constitué à 65% d’eau, dont l’essentiel se trouve dans le derme (80%) et dans la couche cornée (15%). Si ce dernier taux descend en dessous de 10, la peau perd de son élasticité et de sa flexibilité. A long terme, le film hydrolipidique s’altère et ne remplie plus son rôle de barrière.

3. Je n’attends pas d’avoir soif…

Nous éliminons quotidiennement entre deux et trois litres d’eau. D’où le besoin de s’hydrater. Ce geste est d’autant plus indispensable que notre organisme est de nature homéotherme. Même immobile, nous consommons de l’énergie. La respiration, les fonctions d’élimination, l’assimilation des aliments, la digestion représentent les dépenses minimales et caractérisent le métabolisme de base. Que ce soit par les voies respiratoires et urinaires, les selles ou la transpiration, ces pertes inévitables varient selon l’énergie dépensée, les conditions climatiques (chaleur, air sec…), la température du corps (fièvres, …), les activités physiques pratiquées et le poids.

 4. Je garde la souplesse de mes muscles

Souvenez-vous, tout effort musculaire produit de la chaleur. Le principal rôle de l’eau est de la réduire. Pour y parvenir, l’organisme utilise un système de refroidissement très efficace : la sudation. En fonction de la température extérieure, l’intensité de l’effort, le niveau de forme et d’entraînement, on peut suer de 1,5 à 2 litres par heure, et dans des conditions extrêmes jusqu’à 4 l/h. Si vous ne compensez pas cette perte, elle peut-être redoutable pour les muscles, les tendons et les articulations. Un muscle déshydraté est moins souple. Les fibres peuvent casser (tendinites, claquages, déchirures musculaires…)

 5. Je bois avant, pendant et après l’effort

En période de grosses chaleurs, s’hydrater est LA clé d’une bonne condition physique! Elle intervient de façon déterminante dans la performance.

  • Avant : Cela vous aidera à être au mieux de votre forme. Ne buvez pas trop ! L’organisme ne fait pas de réserve et vous risquez d’entraîner un ballonnement de l’estomac.
  • Pendant, vous pallierez aux déficit liés à la transpiration. Les boissons énergétiques (Isostar, Powerade, Overstim…) sont particulièrement adaptées à des activités d’endurance de plus d’une heure. Ingurgitez de petites quantités toutes les dix-vingt minutes. Vous éviterez ainsi la déshydratation et fournirez à l’organisme les glucides nécessaires pour assurer les efforts physiques sans piocher dans les réserves.
  • Après, vous compensez les pertes en eau. L’eau va nettoyer les muscles, en éliminant l’acide lactique accumulé lors de l’effort. Celles riches en sodium participeront non seulement au maintien de l’équilibre hydrique de l’organisme mais faciliteront la récupération. Idéal contre les crampes !