15 conseils pour un ventre plat

©iStock

Ballonnements, reflux… Après le repas, votre ventre gonfle au point qu’il vous faut ôter un bouton de votre pantalon ? En cause, une mauvaise digestion. Heureusement, il existe des solutions pour retrouver un ventre plat

J’évite

1 . Les crudités

Pourquoi ? Leur consommation excessive peut entraîner des ballonnements. En effet, les fibres crues des fruits et légumes peuvent irriter un côlon sensible et le faire gonfler.

Mon alternative : pour ne pas vous priver de l’apport en fibres des fruits et des légumes, misez sur la cuisson : pommes au four, compotes, purées et autres fruits au sirop.

2 . Les laitages

Pourquoi ? Le lait de vache contient du lactose, un sucre composé de glucose et de galactose. Or la plupart des adultes ne possèdent plus l’enzyme qui permet de le digérer, la béta-galactosidase (ou lactase). Le lactose s’accumule donc en l’état et fermente dans l’intestin, entraînant ballonnements, flatulences et troubles digestifs, comme la constipation.

Mon alternative : le lait de chèvre ou de brebis, moins inflammatoires que le lait de vache. Et surtout, les laits végétaux (amande, riz, soja…), bien plus digestes.

3 . Le jeûne

Pourquoi ? Les régimes sont temporaires, comme le jeûne. Lorsqu’on ne mange pas, le système digestif est au repos et ne fonctionne pas. Si vous souffrez de ballonnements, votre ventre gonflera dès que vous recommencerez à manger.

Mon alternative : rien ne vaut une prise de conscience et une modification durable de l’alimentation, au besoin avec un professionnel de santé.

4 . Les sucres industriels

Pourquoi ? Il s’agit des glucides à absorption rapide, c’est-à-dire de sucres ultraraffinés (sucre blanc, soda, barres chocolatées, etc. ). Or l’organisme stocke le sucre sous forme de graisses, qui s’accumulent au niveau du ventre. Donc, à moins de faire régulièrement 45 minutes d’efforts intenses, oubliez ces sucres dont l’indice glycémique est trop élevé. Sinon, le corps stocke le sucre, qui fermente, entraînant des ballonnements.

Mon alternative : des glucides plus complexes, à indice glycémique faible ou modéré, qui libèrent leur glucose progressivement dans le sang.

5 . Le repas à la va-vite

Pourquoi ? Un panini avalé en trois bouchées ? une salade engloutie sur le pouce ? Manger trop vite pousse à manger plus, sollicite davantage l’estomac et favorise le gonflement du ventre.

Mon alternative : attablez- vous pour manger et prévoyez environ 20 minutes pour terminer votre repas. C’est le temps qu’il faut pour que la sensation de satiété parvienne au cerveau. Ainsi, on évite de consommer les aliments en trop grande quantité et d’alourdir le travail de digestion.

Je limite

6 . L’air

Pourquoi ? Les boissons gazeuses et les chewing-gums font avaler de l’air et donc gonfler le ventre. L’air descend le long de l’oesophage pour se retrouver dans l’estomac avec les aliments à digérer. Résultat : ballonnements, éructations et gaz intempestifs…

Mon alternative : pour la même raison, évitez aussi de trop parler pendant les repas, de fumer ou de boire à la paille.

7 . Le stress

Pourquoi ? Le système sympathique se met en place en réponse au stress. Ce système nerveux provoque des spasmes au niveau de la digestion. Car le ventre, centre des émotions, est comme un « second cerveau », qui abrite plus de 200 000 millions de neurones connectés. D’ailleurs, ne dit-on pas : « Je n’ai pas digéré ce que tu m’as dit»,«Je me fais de la bile », « J’ai l’estomac noué »?

Mon alternative : relaxation, sophrologie et yoga réduisent considérablement le stress.

8 . Les aliments acidifiants

Pourquoi ? Pour éviter d’accumuler les toxines dans l’organisme, ce qui fragilise la flore intestinale et sa capacité de digestion.

Mon alternative : une alimentation alcalinisante, qui est aussi anti-inflammatoire, des fruits et légumes pour favoriser un pH équilibré dans l’organisme. Limiter l’alcool, les plats préparés, les protéines animales, les graisses saturées et les sucreries (viennoiseries, biscuits, gâteaux…).

9 . Les postures voûtées

Pourquoi ? Si vous vous tenez courbée, en position debout ou assise, la peau, bien qu’élastique, finit par se relâcher et former de petits bourrelets disgracieux.

Mon alternative : tenez-vous bien droite, grandissez-vous, comme si un fil invisible retenait le sommet de votre crâne. Serrez les abdos et misez sur la respiration abdominale

10 . Les plats transformés

Pourquoi ? En règle générale, les aliments préparés et transformés de façon industrielle ont tendance à être riches en sel et pauvres en fibres, du fait des étapes successives de transformation.

Mon alternative : privilégiez les aliments bruts, les plus naturels possibles, afin de bénéficier de la plus haute teneur en fibres possible. Ainsi, le transit se fatigue moins, vous vous sentez plus légère et moins ballonnée.

Je privilégie

11 . Le rééquilibrage de ma flore intestinale

Pourquoi ? La flore intestinale désigne l’ensemble des milliards de bactéries présentes naturellement dans l’intestin. Celles-ci participent à la digestion des aliments et empêchent le développement des bactéries responsables des troubles du transit. Mais ce fragile équilibre peut être rompu pour diverses raisons : stress, sport à trop forte dose, prise d’antibiotiques…

La solution ? Une cure de probiotiques, de dix jours par mois. Ces bactéries vivantes que l’on trouve essentiellement dans les yaourts et les laits fermentés, ainsi que dans certains compléments alimentaires, colonisent l’intestin momentanément et assurent la régulation du transit, tout en renforçant votre immunité.

Notre conseil : associez-les avec des prébiotiques. Ces fibres solubles servent de nourriture aux probiotiques et les rendent plus efficaces. On les trouve dans l’ail, les oignons, poireaux, topinambours, asperges ou artichaut.

12 . Les bons légumes

Pourquoi ? Car ces légumes dits « neutres » (haricots verts, carottes cuites, blancs de poireaux, courgettes ou aubergines sans leur peau) ne fermentent pas dans l’estomac. Mais comment avoir une alimentation variée et riche en légumes en consommant aussi ceux qui fermentent comme les brocolis, le fenouil, les poivrons, les oignons, les tomates ou les légumes secs?

Notre conseil : pour qu’ils soient plus digestes, faites-les longtemps tremper dans l’eau, puis cuire comme si vous vouliez en faire une purée.

13 . Les bonnes protéines

Pourquoi ? Les viandes et poissons maigres de qualité favorisent une bonne digestion et une production de toxine moindre. Veillez par ailleurs à manger les protéines dans les quantités recommandées pour l’équilibre du pH et donc de la flore intestinale.

Notre conseil : misez sur une viande grillée et sur les volailles sans leur peau plutôt que sur les viandes en sauce, la charcuterie ou les abats. La ration quotidienne de protéine doit être comprise entre 0,80 et 1,2 gramme par kilogramme et par jour, en fonction de votre poids. Ainsi, si vous pesez 55 kilos, comptez entre 55 et 60 grammes de protéines.

14 . La bonne eau, au bon moment

Pourquoi ? L’idéal est de boire entre les repas, à raison de huit verres d’eau par jour. Parce que l’eau absorbée en même temps que les aliments dilue les enzymes digestives, les rendant ainsi moins efficaces.

Notre conseil : pour diminuer les ballonnements et la sensation de pesanteur après les repas, les eaux riches en bicarbonates (St-Yorre, Vichy-Célestins, Hépar…) atténuent l’acidité de l’estomac et facilitent la vidange gastrique.

15 . La mastication appliquée

Pourquoi ? Une fois dans votre bouche, les aliments sont dégradés une première fois par la mastication. Plus ils seront mâchés, plus ils seront imprégnés d’une enzyme digestive, l’amylase salivaire, une substance active de la salive qui limite la production de gaz en fin de digestion.

Notre conseil : manger doucement et bien mastiquer ses aliments représentent déjà la moitié du travail digestif. Soyez très attentive à votre alimentation pour retrouver un bon transit et lutter contre la constipation passagère.