©iStock
©iStock

Trop enrhumée pour faire du sport ?

Éternuements, maux de gorge… Dois-je sécher mes entraînements ou continuer ? La pratique régulière d’une activité physique doperait les défenses immunitaires et notre capital santé. Questions de Forme fait le point avec le Dr Alain Frey, responsable du département médical de l ’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance)

Ça peut m’aider à guérir plus vite ?

Oui, si c’est bénin. Faire une activité physique peut aider à dégager les sinus et à soulager la congestion nasale. En augmentant la vasodilatation périphérique, vous accroissez le débit sanguin ; les échanges au niveau de l’appareil respiratoire, entre le sang et les organes, s’en trouvent améliorés. Vous « brassez » ainsi plus facilement l’infection au sens large du terme.

Je peux faire du cardio ?

À condition que ce soit des séances d’endurance de faible ou de moyenne intensité. Ne faites pas de fractionné, vous risquez de produire l’effet inverse à celui recherché et de fragiliser encore plus votre système immunitaire.

Transpirer, c’est bon pour moi ?

Transpirer aide à éliminer les toxines et donc les microbes. Bien s’hydrater et porter des vêtements adaptés est important pour faciliter les échanges thermiques en période de refroidissement.

Quand modifier le rythme ?

Si vous avez une infection virale simple, de type rhinopharyngite, et que vous allez globalement bien, diminuez l’activité sportive sans pour autant l’arrêter. Si vous avez une bronchite, mieux vaut éviter le sport les premiers jours du traitement. Si vous vous sentez mieux au bout de deux ou trois jours, vous pouvez reprendre progressivement la pratique d’une activité physique. Adapter son entraînement n’est pas l’unique chose à faire. En plus d’une bonne alimentation et hygiène alimentaire, veillez à bien vous reposer. Une bonne récupération évite les baisses de l’immunité. Pensez à bien vous hydrater, surtout si vous transpirez à cause de la fièvre.

Et si j’ai de la fièvre ?

Faire du sport peut alors entraîner des complications circulatoires aiguës. Le cœur peut aussi être touché, soit par une péricardite (inflammation de la membrane entourant le cœur) ou par une myocardite (atteinte inflammatoire du muscle lui-même). Si vous avez 39-40 °C de fièvre, des frissons, une toux importante, des courbatures et que vous êtes fatiguée, oubliez le sport le temps de traiter l’infection.