©iStock
©iStock

Stress : 5 idées pour faire baisser la pression !

Des solutions archi douces et efficaces pour que le stress n’envahisse pas trop notre quotidien

Halte aux idées reçues, le stress n’est pas fait, au départ, pour nous gâcher la vie. C’est même une fonction indispensable de l’organisme, tout comme la respiration ou la digestion. Grâce à lui, nous nous adaptons aux contraintes nouvelles ou inattendues de l’environnement. Avant un entretien d’embauche, lorsqu’un obstacle nous barre la route alors que nous conduisons… À notre insu, notre cerveau lance une cascade d’hormones qui prépare notre organisme à l’action : notre cœur et notre respiration s’accélèrent, notre cerveau est mieux oxygéné, nos pupilles se dilatent, nos muscles se tendent… Un processus qui nous vient directement de la préhistoire : c’était déjà lui qui poussait nos ancêtres à fuir ou lutter devant un prédateur. Seule différence, alors qu’hier la menace était essentiellement physique, les «stresseurs» du XXIe siècle sont davantage psychologiques. Et, surtout, nous y sommes exposés beaucoup plus souvent. Or, à force de subir ces décharges hormonales, notre organisme a tendance à s’user. Sommeil perturbé, déprime, risques cardio-vasculaires augmentés, retard de cicatrisation… Les conséquences ne sont pas anodines.

Alors, mieux vaut ne pas laisser le stress s’installer.

L’AROMATHÉRAPIE

L’ambiance Versez quelques gouttes d’HE aux vertus apaisantes – ylang-ylang, lavande fine ou petit grain bigarade – dans un diffuseur électrique et laissez agir toute la journée. Ou bien faites diffuser dans la chambre pendant vingt minutes avant le coucher. Plus pratique, optez pour un spray à pulvériser dans l’atmosphère, près de l’oreiller ou sur un mouchoir (Arko Essentiel Spray Relaxant).

Un bain Pour favoriser l’endormissement, optez pour un bain tiède, dans lequel vous aurez ajouté un mélange de 10 gouttes d’HE de lavande fine dans une tasse de bain moussant, à verser sous le jet d’eau.

Une cure Dans les périodes de stress, appliquez tous les matins, au niveau des reins, deux gouttes d’HE basilic exotique, deux d’HE pin sylvestre, deux d’HE épinette noire, le tout mélangé dans une cuillerée à café d’huile végétale de pépins de raisin ou de noyaux d’abricots. Pas plus de deux semaines.

LA PHYTOTHÉRAPIE

La valériane Préconisée en cas d’anxiété légère, on peut en prendre une grande tasse en infusion chaque soir avant de se coucher. Il convient de garder ce rituel pendant au moins deux à quatre semaines.

La passiflore Pour celles qui n’apprécieraient pas le goût particulier de la valériane, optez pour la passiflore. Une cuillerée à café de poudre infusée pendant dix minutes dans 150 ml d’eau bouillante, une à quatre fois par jour, entre les repas, dont une tasse juste avant de se coucher.

Pas fan des tisanes ? Privilégiez les gélules d’extraits de plantes. L’une des plus efficaces contre le stress est la rhodiole. Elle fait partie des plantes «adaptogènes» qui agissent positivement sur le système nerveux et aident l’organisme à mieux gérer les facteurs de stress. À utiliser en traitement de fond à raison de 1 à 2 gélules d’extrait sec par jour.

BOUGER ET RIRE

Sport et loisirs En 2005, une étude française menée avec l’aide de soixante-seize médecins du travail montrait que pratiquer une activité physique au moins une heure par semaine avait un effet protecteur sur le stress. Tout comme le fait de s’adonner à un loisir. Car, outre les bienfaits du sport sur la santé de notre corps, ce qui semble jouer, c’est surtout le fait de savoir garder du temps pour soi, pour son plaisir, de nouer et maintenir des relations sociales en de- hors du cadre de travail.

Rigoler C’est d’ailleurs même plus efficace si vous pratiquez cette activité avec des amis et que vous en profitez pour rire un peu. Explication: en 2008, des chercheurs californiens ont montré que non seulement le rire augmentait notre sécrétion d’endorphines, un opiacé naturel, mais – mieux encore – le simple fait d’anticiper le rire permet de réduire d’un à deux tiers le taux de trois hormones de stress. Une bonne raison de se faire plaisir !

MASSAGES «MINUTE»

À stimuler en cas d’urgence. Retenez ces trois points d’acupuncture: le premier se trouve sur la ligne médiane du front, juste derrière la ligne d’implantation des cheveux; le deuxième est situé à l’intérieur de chaque poignet au niveau du petit doigt ; et le dernier, sur chaque main, dans l’espace entre le pouce et l’index. Pressez fortement puis frottez en spirale. Détente garantie. Le stress vous fait des nœuds dans l’estomac ? Dénouez-les en vous massant lentement et profondément le ventre dans le sens des aiguilles d’une montre, en partant du nombril, pendant quelques minutes.

SOS HOMÉO

Vous entrez dans une période de surmenage? Dès les premiers symptômes de stress, gardez sur vous une boîte de Sédatif PC. Ce complexe de six souches végétales agit sur les manifestations du stress en réduisant irritabilité, nervo- sité et anxiété légère. Deux comprimés à sucer, matin, midi et soir, pendant une semaine pour tenir le coup !
Vous perdez tous vos moyens? Mains moites, sommeil perturbé, trous de mémoire, palpitations, tremblements… Si vous êtes de celles qui connaissent le trac, privilégiez le complexe Zenalia. Laissez fondre un comprimé sous la langue, matin et soir, à distance des repas.

Inspirez, expirez, déstressez ! Sous l’effet du stress, notre souffle a tendance à stagner au niveau thoracique. Réapprendre à respirer grâce à des exercices quotidiens.

Je me recentre sur ma respiration Je desserre mes vêtements, ma ceinture, mes lacets… Et je m’assois. Là, le dos bien droit, les bras relâchés, les pieds écartés et bien à plat, je prends conscience de mon souffle. J’observe: vient-il du ventre ou du thorax? Est-il calme, court, profond, rapide ? Que fait-il bouger dans mon corps: mon ventre, mon diaphragme, les ailes de mon nez, mes épaules? Je prends conscience de l’air qui entre par mes narines et de la tiédeur de celui qui sort.

Je me crée un rituel Tous les matins, face à la fenêtre grande ouverte, je pose mes mains sur les épaules et lève les coudes et le menton en prenant une grande inspiration. Je redescends le tout sur l’expiration. À répéter 2 à 3 minutes.

Je pratique la respiration abdominale Pendant trois minutes, j’inspire par le nez sur trois temps en imaginant un ballon qui se gonfle lentement dans mon ventre. Puis j’expire par le nez sur six temps jusqu’à ce que le ballon soit dégonflé.

J’ai un dossier à rendre Je réalise le même exercice de respiration abdominale, mais, lorsque j’inspire, j’imagine que l’air qui entre est chargé d’idées et de valeurs positives: calme, détente, bien-être, lâcher prise… Et, en expirant, je souffle le plus loin possible mes tensions.