©iStock
©iStock

Le bon sport anti stress pour moi

Le bon sport anti stress ? Pas facile à trouver ! Vous en avez déjà essayé plusieurs, mais pas celui qui vous convient vraiment ?

Votre profil 

Ce que je sais de moi : Stress, angoisse, tensions, vous n’arrivez pas à canaliser la pression des événements extérieurs et votre quotidien s’en ressent : insomnie, maladies psychosomatiques, transpiration, contractions musculaires… Le stress, réponse immédiate à une situation inattendue, peut être positif et pousser à aller plus loin ; mais dans un tiers des cas, ce stress n’entraîne que des désagréments. Que vous soyez stressée perfectionniste qui craint de ne pas assez bien faire, stressée angoissée (le fameux sens de la vie qu’on peine à trouver…) ou stressée « ponctuelle » (deuil, rupture…), votre corps est mis à rude épreuve.

Ce que je me cache… « L’essentiel est de comprendre d’où vient ce stress, conseille le psychologue du sport Jean-Cyrille Lecoq. Il est important de vous demander : Qu’est-ce que je n’arrive pas à mettre de côté ? » En effet, si le bon stress permet de gagner en performance, le mauvais stress persiste une fois que l’agent stressant a disparu et peut se montrer paralysant sur le plan social ou professionnel. Il faut donc définir quel stress vous empoisonne.

Les sports anti-stress pour moi 

  • Course à pied, qui peut se pratiquer en pleine nature. Idéal pour se vider la tête et oublier ses soucis.
  • Yoga, qui apprend à travailler ses capacités de concentration et à se recentrer sur soi-même, afin de mieux gérer les situations de stress.
  • Relaxation, pour ses vertus apaisantes.

Ce que j’y gagne. La pratique d’un sport permet de sécréter des endomorphines, ces hormones du bien-être, qui provoquent un état d’euphorie. « On parle même ”d’extase du coureur” : après 15 ou 20 minutes – pour les débutantes –, la libération des endomorphines facilite la gestion de la douleur, ce qui permet d’aller plus loin dans l’effort », explique Jean-Cyrille Lecoq.

Le + : Bruno Sesboué, médecin du sport, est formel : « Pratiquer le sport en plein air permet de se vider encore plus la tête. Le spectacle de la nature contribue au calme, tandis que le sport en salle, en vous mettant en scène face aux autres sportifs, a tendance à stresser davantage. »

Mon livre de chevet. Sport no stress, de Pascale et Marc Polizzi, éd. Fantaisium (10,50 €). Ces 40 fiches pratiques, concises et accessibles vous permettront de trouver l’activité qui vous détresse et de moins angoisser dans la pratique de votre sport.

Laisser un commentaire