©iStock
©iStock

Sexe, ce que révèlent vos positions préférées

À chaque femme sa position fétiche pour atteindre le septième ciel. Levrette, missionnaire, Andromaque ou ciseaux : vous avez testé et approuvé ! Je couche, donc je suis ? Oui mais, qui suis-je, au fait ? Nous avons posé la question à la sexologue Catherine Solano

L’Andromaque

La femme est assise à califourchon sur son partenaire. C’est elle qui domine et rythme les mouvements de va-et-vient. La pénétration est profonde, mais maîtrisée. Dans la mythologie grecque, Andromaque, qui était la femme d’Hector, chevauchait son époux.

L’avis de la sexologue : « Souvent, les femmes préfèrent cette position, car elles peuvent choisir le rythme qu’elle veulent donner à l’acte sexuel, mais également jouer sur la profondeur de la pénétration. Cela montre surtout qu’elles sont à l’écoute de leur corps et de leurs propres sensations. Il peut s’agir de femmes qui n’aiment pas être dominées, car, avec cette position, c’est bien la femme qui pilote ! Mais attention, cela ne signifie pas forcément que toutes les femmes qui préfèrent l’Andromaque désirent être dominantes. »

La levrette

Est-il vraiment utile de présenter l’une des plus célèbres positions du Kama Sutra ? Aussi nommée « l’union de la vache » pour la dimension spirituelle de cet acte amoureux (la vache et le taureau étant des animaux sacrés en Inde). La femme se place donc à quatre pattes en prenant appui sur ses coudes, par exemple, tandis que l’homme se positionne à l’arrière, à genoux. Les deux partenaires ont une grande liberté de mouvement, même si c’est plutôt l’amant qui insuffle un rythme aux ébats. Pendant la pénétration, il peut stimuler les seins et le clitoris de sa partenaire.

L’avis de la sexologue : « La levrette est l’une des positions les plus chargées de fantasmes et figure parmi les préférées des Français. Sa connotation “animale” très forte laisse rarement indifférent : elle peut aussi bien être attirante que repoussante. Avec la levrette, on pourrait croire que les femmes qui la plébiscitent ont tendance à être dominées. Mais ce n’est pas forcément le cas. D’une part, elles ne sont pas nécessairement passives avec cette posture et peuvent bouger leur bassin, contrairement au missionnaire. D’autre part, il peut s’agir de personnes complexées par leurs seins, par exemple. Enfin, dans cette position, on ne voit pas son partenaire, à qui on tourne le dos. Ce qui peut permettre de fantasmer et de s’imaginer avec un autre. Ou, tout simplement, de mieux se lâcher, notamment les plus timides qui n’apprécient pas que leur partenaire voie leur visage au moment de l’orgasme. Les plus pudiques sur le plan des émotions pencheront donc volontiers pour cette position. »

Les ciseaux

La femme est allongée sur le dos, les pieds en l’air. L’homme se positionne, le corps droit, entre ses cuisses en soulevant sa partenaire par les hanches. Elle place ses jambes de chaque côté de la tête de son amant. C’est une position assez reposante pour l’amante, mais qui ne lui laisse pas beaucoup de liberté de mouvement. C’est l’homme qui donne le rythme. Idéale pour les femmes complexées, cette position est des plus avantageuses. Les ciseaux facilitent les jeux de regards.

L’avis de la sexologue « Cette position n’est pas des plus pratiques pour l’homme. Les femmes qui choisissent cet acte comme étant leur préféré témoignent d’un caractère plutôt libéré sexuellement et d’une grande complicité avec leur partenaire. Cette position est très érotique. Cela peut également venir de quelqu’un qui a besoin d’un peu de fantaisie à un moment donné. »

Le missionnaire

Un grand classique ! Elle est couchée sur le dos. Lui est allongé sur elle et prend appui sur ses genoux ou sur ses coudes. Durant ce face-à-face, l’homme a le dessus sur sa partenaire.

L’avis de la sexologue : « La position du missionnaire est la plus utilisée. C’est un basique. S’il s’agit de votre position préférée, c’est sans doute que vous êtes quelqu’un qui n’aime pas trop prendre de risques. C’est une position très pratiquée et rassurante. En même temps, cette posture est l’occasion d’un vrai face-à-face où les deux amants peuvent s’embrasser, se chuchoter des mots doux dans le creux de l’oreille. Ses adeptes peuvent ainsi être des femmes dotées d’une grande sensualité relationnelle. Les mains libres, elles peuvent en effet s’adonner aux caresses les plus intimes. Contrairement à ce que l’on peut penser, les femmes qui préfèrent la position du missionnaire sont loin d’être coincées. »

Vanessa Relouzat