©iStock
©iStock

Nos 9 coups de pouce minceur

Neuf coups de pouce minceur pour garder la ligne malgré les tentations. Ne pas grossir ni s’enrober malgré les petits plats reconstituants, c’est possible! La preuve

Je pars trois jours en thalasso

Des journées à 1 200 calories, des soins à l’eau de mer qui accélèrent le métabolisme, des traitements mécaniques du type Cellu M6 qui désengorgent les zones cellulitiques, des activités sportives… proposés par la plupart des centres de thalassothérapie, les cures minceur réunissent tous les ingrédients nécessaires à une perte de poids équilibrée. En trois jours, bien sûr, on ne se transforme pas en sirène, mais on optimise son processus d’amincissement.

Je me réserve une faveur le soir

Au déjeuner, on y arrive. On évite les frites et la mousse au chocolat. On évite de grignoter l’après-midi. Mais le soir, difficile de ne pas craquer. La fatigue pèse et l’horloge
de la frustration commence à se mettre en route. 95 % des femmes seraient ainsi capables de démolir les efforts de leur journée avec une portion supplémentaire de fromage (ou de saucisson?), de crème dessert ou des petits gâteaux des enfants. Pour y remédier, deux options: l’idéal est de goûter, un fruit et cinq fruits secs (amande ou noisette) pour ne pas arriver affamée à l’heure du dîner. Ou prévoir quelques gourmandises pour ne pas vous sentir frustrée (du chocolat cru qui rassasie sans alourdir votre décompte de calories).

Je remplace mon café par du thé vert

Choisissez un vrai thé vert, c’est-à-dire non fermenté (macha, sencha…). Il contient un peu de caféine (donc des antioxydants), facilite l’élimination et la digestion.

J’abuse d’herbes vertes

En plus de leur petit goût printanier, les fines herbes contiennent des fibres solubles antigonflettes. La ciboulette limite la fermentation intestinale, le basilic aide à la digestion,
la coriandre et le persil stimulent le système rénal et facilitent l’élimination… À ciseler et à parsemer à volonté sur votre assiette après cuisson.

J’essaie l’homéopathie

Personne ne prétend qu’elle puisse, à elle seule, faire des miracles sur la balance. Certains granules se révèlent pourtant efficaces si on les associe à un programme alimentaire
pertinent: Berberis 9CH (3 granules tous les soirs pendant un à deux mois) pour drainer l’organisme; Gelsenium 7CH (3 granules matin et soir) et Ignatia 9CH (3 granules le soir, en cure d’un mois ou deux) pour apaiser le stress, souvent lié à une prise de poids ; Antimonium Crudum 7CH (pendant huit jours en période de crise) pour calmer les poussées de fringale.

Je fais attention au sel

Il existe une relation directe entre la quantité de sel absorbée et la quantité d’eau fixée par les tissus. De nombreux aliments contiennent naturellement du sodium. Le problème, c’est le sel qu’on ajoute soi-même ou qui se trouve dans les préparations industrielles. Évitez les charcuteries, les poissons fumés, les fromages fermentés, les conserves et les plats préparés. Vous pouvez remplacer le sel de table par quelques gouttes de sauce soja (à consommer avec modération car elle contient 15 % de sodium). En mangeant peu salé, on dégonfle assez rapidement… Pour favoriser l’élimination de l’eau, vous pouvez faire appel aux plantes qui stimulent le foie et les reins comme l’artichaut ou la bruyère, en gélules ou en tisanes, le jus de bouleau Weleda. Chez le kinésithérapeute, pensez au drainage lymphatique manuel, qui, en améliorant la circulation de la lymphe, favorise l’élimination des déchets organiques et de l’eau en excès.

Je mise sur la spiruline

Cette algue d’eau douce monocellulaire est idéale pour accompagner un régime amincissant, car certains de ses acides aminés agissent sur les neurotransmetteurs en cause dans la sensation de faim. Son autre intérêt est sa richesse en nutriments, utiles pour combler les déficits fréquents lors des régimes alimentaires restrictifs. La dose conseillée est généralement d’un gramme par jour, soit trois ou quatre comprimés à avaler avec un grand verre d’eau avant le repas. Une cure d’un mois est recommandée pour en bénéficier pleinement.

Je me mets à la méditation

En amenant le calme en soi, on rétablit un lien de qualité avec les autres et, naturellement, une bonne estime de soi : la base pour retrouver de bonnes habitudes alimentaires. Même si le vrai but de la médiation, c’est de vivre ici et maintenant, détaché du stress. Le mode d’emploi: assis dans une position confortable, on respire sans forcer, en se laissant traverser par ses pensées. À raison de dix à vingt minutes par jour, celles qui souffrent de compulsions alimentaires ou celles qui se trouvent à tort trop grosses parviendront à reprogrammer leur mental.

Je suis réaliste même pire

Vous avez l’impression que vous n’arriverez jamais à atteindre vos objectifs ? Ce n’est peut-être pas une si mauvaise nouvelle. Selon une étude menée pendant six mois par l‘université de Kyoto, les personnes qui entament leur régime avec des objectifs très optimistes auront moins tendance à perdre du poids que les pessimistes. Pourquoi ? Parce que les optimistes sont plus enclins à tricher avec leurs menus…