©iStock
©iStock

La naturopathe Anne-Claire Meret parle de détox

À l’occasion de la sortie de son nouveau livre Le cahier détox pour les nuls aux éditions First, la naturopathe Anne-Claire Meret nous parle de bien-être 

Diplômée d’une école d’Arts Appliqués, Anne-Claire Meret s’est lancée dans le merchandising et la vente avant de reprendre des études en communication et intelligence économique. Alors qu’elle travaille pour des start up, la jeune femme découvre la naturopathie et décide de suivre une formation en parallèle à son travail. Victime de troubles du sommeil, elle décide de s’orienter vers une sophrologue-naturopathe après avoir entamé une longue série d’examens. Anne-Claire Meret suit des séances de relaxation et une cure en nathuropathie pour « retrouver le sommeil« . Au bout de quelques semaines les résultats sont concluants. Devenue naturopathe, Anne-Claire Meret écrit aussi des livres La naturopathie pour les nuls et son nouveau né, Le cahier Détox pour les nuls.

Définissez la détox en quelques mots…

Anne-Claire Meret : La détox c’est un mécanisme de nettoyage du corps.

Quel conseil donneriez-vous à une personne qui veut entamer une détox pour la première fois ? 

A-C M : Je lui demanderais pourquoi elle veut le faire. D’abord qu’elle s’interroge sur ses motivations, parce qu’il y a beaucoup de gens qui veulent faire une détox, parce c’est « à la mode ». C’est important de savoir si on fait une détox parce qu’on a fait des excès ou que l’on est fatigué… Il faut savoir identifier les raisons pour pouvoir choisir la bonne détox.

Comment faire de la détox un moment de plaisir ?

A-C M : Il faut se dire qu’il a une fin. C’est comme si on se mettait dans une bulle et que dans cette bulle on allait faire des efforts particuliers, mais ce n’est pas quelque chose qui va durer dans le temps, donc en général on le vit bien. Ce n’est pas comme si on faisait un régime et qu’on ne connaissait pas la fin, car notre objectif était de perdre 10kg… Ce n’est pas du tout ça. La détox c’est vraiment une idée ! C’est se dire « Voilà je vais me prendre 7 jours ou 3 jours pour moi, pour vraiment me faire du bien ». C’est censé être un moment de plaisir pas un moment compliqué. D’ailleurs si vous le voulez, vous pouvez même faire une détox d’une seule journée. Je pense par exemple à la monodiète qui est très facile à faire. Vous mangez le même aliment toute la journée, par exemple la pomme ou la carotte. On s’allège très vite car la digestion est largement simplifiée. Cela permet au système digestif de se reposer une journée.

Illustrations réalisées par Marygribouille pour le livre d'Anne-Claire Meret "Le cahier Détox pour les nuls" aux éditions First
Illustrations réalisées par Marygribouille pour le livre d’Anne-Claire Meret « Le cahier Détox pour les nuls » aux éditions First

Les choses à ne pas faire lorsque l’on se lance dans une détox ?

A-C M : Ce qu’il ne faut pas faire, c’est ne pas se reposer. Dans la détox il faut aussi prendre le temps d’un repos profond..

La période idéale ?

A-C M : Je dis toujours aux gens d’entamer une détox lorsqu’ils ont le temps. D’un point de vue de la saison, c’est mieux au printemps ou à l’automne, s’ils ont la possibilité de le faire pendant ces périodes de l’année bien entendu.

Quelle est la bonne attitude à avoir avant de débuter ?

A-C M : Dans un premier temps, pour moi faire une détox c’est s’aimer. C’est une période pendant laquelle « je m’aime assez pour faire quelque chose pour moi », indépendamment des obligations sociales. Pendant trois jours on va se dire « je ne vais peut être pas déjeuner avec mes collègues, je ne vais peut être pas aller boire un coup avec des amis, où alors je ne prendrais pas d’alcool… ». Il faut considérer que l’on a tellement envie de se faire du bien que ça devient plus important que le reste. Donc c’est vraiment dans cet état d’esprit là qu’il faut y aller. Ce que je veux dire c’est que la détox, c’est vraiment s’occuper de soi. On est toujours très doué pour s’occuper des autres, on a toujours de très bons conseils, on a envie de les aider etc… Mais il est important de prendre le temps de s’aider soi même avant, sinon on ne peut pas vraiment aider les autres.

Lorsque l’on fait une détox, il faut se coucher un petit peu plus tôt, éviter de trainer trop dans des endroits anxiogènes, de regarder trop la télévision notamment les informations, essayer de se déconnecter des réseaux sociaux. Il faut être un peu plus cool. Il faut alléger non seulement le corps, l’alimentation mais aussi son mental.

Une personne qui est habituée à manger beaucoup de « junk-food » peut-elle entamer une détox du jour au lendemain ?

A-C M : Oui parce qu’il existe plusieurs niveaux de détox. Par exemple, elle peut pendant une journée essayer de manger zéro produits transformés et ne pas grignoter, ce qui est déjà pas mal. Elle peut aussi adopter la dissociation alimentaire, c’est-à-dire ne pas mélanger les protéines et les féculents. La digestion sera facilitée, et entre les repas le corps aura plus d’énergie pour se nettoyer et se restaurer.

Qui ne peut pas faire de détox ?

A-C M : On ne peut pas faire une détox si on est vraiment épuisé, si on a plus d’énergie et que l’on arrive pas à se lever le matin. Le corps a besoin d’énergie pour se nettoyer donc ça va nous fatiguer encore plus. Ensuite, on ne fait pas détox si on a une pathologie lourde et si on prend beaucoup de médicaments, car le corps va se nettoyer profondément et ça peut être très difficile à gérer. On n’en fait pas non plus si on est enceinte ou si on a un projet d’enfant, c’est-à-dire si on a arrêté la pilule et qu’on est en train d’essayer de faire un bébé parce que la remise en circulation des déchets dans le corps va être nocif pour la nidification. Par contre c’est génial dans le cas d’un projet de grossesse que l’on a dans 6 mois. Faire une détox sur trois semaines, un mois dans un projet de bébé qui est prévu pour la saison prochaine, c’est une très bonne idée, parce que le corps sera prêt… Pour la mère comme pour le père.

Illustrations réalisées par Marygribouille pour le livre d'Anne-Claire Meret "Le cahier Détox pour les nuls" aux éditions First
Illustrations réalisées par Marygribouille pour le livre d’Anne-Claire Meret « Le cahier Détox pour les nuls » aux éditions First

Quels sont les différents niveaux de détox ?

A-C M : Vous avez le premier niveau où vous mangez zéro produits transformés. Vous cuisinez donc vos repas à partir de produits bruts, plutôt bio, locaux si vous pouvez etc… Et donc vous cuisinez doucement vos aliments pour ne pas perdre les vitamines. En entrée, vous commencez avec un petit peu de cru, soit une crudité, soit un jus de légume. Attention, les crudités peuvent faire ballonner quand on a les intestins irrités. Dans ce cas là, il vaut mieux privilégier le jus de légumes. Ensuite dans l’assiette, toujours la moitié de légumes cuits. Cuisson lente si possible à la vapeur, pour ne pas les dénaturer. Et de l’autre côté, des protéines et des féculents mais pas la même quantité. Soit plus de féculents et un petit peu de protéines soit l’inverse. On appelle cela une dissociation alimentaire, on évite d’avoir 50% de féculents, 50% de protéines parce que c’est plus lourd à digérer. On ne prend pas de dessert car le sucre empêche la digestion. On ne boit plus à table pour ne pas diluer les enzymes digestives. Tout cela vise à avoir une très bonne digestion et pour qu’entre chaque temps de digestion la restauration intestinale puisse avoir lieu. Sinon comme on mange mal, on digère mal, les intestins sont toujours en train de travailler, du coup ils ne se reposent jamais et le corps ne peut pas se restaurer.Vous pouvez faire ce niveau de détox un bon moment. Pendant cette période on ne boira pas de soda, on évitera de consommer du café, on évitera de manger des sucres raffinés, des farines blanches etc… On peut dire que c’est le niveau de détox le plus simple, parce qu’au final il se résume à « mieux manger ». Pour certaines personnes, c’est déjà de la détox car le corps va se permettre de déstocker.

Le deuxième niveau de détox’, c’est en quelque sorte la monodiéte ou la cure de jus. Vous consommez le même aliment toute la journée. Les temps de digestion sont très courts et il y a un grand temps de restauration intestinale. Le corps n’est pas occupé à digérer mais il va réparer ce qu’il a besoin de « soigner » ailleurs. Il travaille aussi à l’élimination des déchets. On peut pratiquer ce niveau sur une seule journée, sur deux jours, sur une semaine… Par contre quand ça dure plus de trois jours, je recommande d’aller dans un centre pour se faire accompagner. À partir du troisième jour le corps rentre dans un tel niveau de nettoyage qu’on peut avoir la tête qui tourne mais aussi quelques douleurs un peu inconfortables… Du coup c’est beaucoup mieux d’être accompagné.

Le troisième niveau c’est le jeûne. On peut faire une journée seul à la maison sans trop de difficulté par contre quand ça dure plusieurs jours, il vaut mieux être dans un centre car c’est difficile de jeûner… Et même émotionnellement. Quand on est chez soi, on a toujours envie d’aller regarder dans le placard. Ça s’accompagne aussi de beaucoup d’informations nutritionnelles sur les reprises alimentaires… C’est mieux d’être dans un cadre pour être accompagné.

« Une détox ce n’est pas seulement l’alimentation, c’est global. Les personnes qui pensent qu’il faut juste boire du jus de carotte n’ont pas forcément compris le principe »

Je veux aussi préciser que la détox, ce n’est pas que de l’alimentation. C’est tout un mode de fonctionnement pour favoriser l’élimination du corps. Bien manger c’est super… ou ne pas manger (rire), mais en même temps, il faut activer les portes de sortie du corps. On a plusieurs émonctoires qui sont des portes de sorties comme la peau que l’on peut favoriser avec le sauna, et c’est grandement conseillé en naturopathie. On a bien sûr le système digestif comme le foie que l’on va pouvoir stimuler avec des plantes (artichauts, radis noirs…) mais aussi avec une bouillotte que l’on va déposer sur le foie pour le réchauffer et l’aider à faire son travail. Et puis on va aussi bouger un peu plus. Du coup, on va mieux digérer, donc ça va être éliminé avec les selles. Pendant cette période, on va boire un peu plus pour éliminer par les reins. Le Co2 qu’on expire pas la voie de la respiration, c’est aussi important de le solliciter. C’est pour ça que quand on fait une détox on demande de faire du sport, de préférence à l’extérieur, dans la nature, pour pouvoir bien s’oxygéner. Le sport a cet effet de nous aider à mieux respirer mais il a aussi cet effet de massage interne des organes. Il nous permet de mieux digérer et de mieux éliminer nos déchets. Une détox ce n’est pas seulement l’alimentation, c’est global. Les personnes qui pensent qu’il faut juste boire du jus de carotte n’ont pas forcément compris le principe. Vous pouvez boire du jus de carotte si vous le voulez, mais en même temps, il faut se bouger afin de changer un peu le rythme de « nos vies sédentaires ».

Quels sont les lieux appropriés pour faire un détox ? 

A-C M : Je pense aux centres de jeûne et de détox que l’on trouve un peu partout en France. Par exemple, on trouve le réseau facilement partout en France « Jeûne et randonnée ». Personnellement je vais dans un centre qui n’est pas loin de Paris, en Picardie, PranaHvital..

Des effets secondaires ?

A-C M : Il y a des effets secondaires, il faut en parler. Le corps, comme il va se nettoyer, va mettre en action des processus pour ouvrir les portes de sortie qu’on le veuille ou non… Donc il peut faire des diarrhées, des transpirations excessives, des maux de tête, des boutons, des troubles du sommeil… Comme le corps travaille fort pour éliminer, il va avoir des réactions auxquelles on n’est pas habitué, et c’est normal. Comme on vit dans une société qui a un peu peur de tout ça, et qui a beaucoup de médicaments pour empêcher tout ça, il faut vraiment se sentir en confiance. C’est pour cela que c’est bien de prendre le temps de consulter un naturopathe ou un autre praticien de santé qui connaît toutes ces méthodes, pour comprendre que s’il arrive des choses c’est normal et qu’il ne faut pas les empêcher. Il faut toujours surveiller la fièvre, ou encore la diarrhée pour ne pas se déshydrater, et on évitera de prendre des médicaments pour un mal de tête qui va passer. On ne va pas empêcher les mécanismes naturels du corps de fonctionner, on va juste surveiller.

« Personnellement la détox m’a permis de vaincre mes insomnies, principalement parce que j’ai suivi l’intégralité du plan que la naturopathe m’avait proposé à l’époque« 

Deux astuces détox à conseiller ?

A-C M : Personnellement, je pratique souvent la monodiète, que je trouve très facile. En générale, j’achète des pommes et de la purée de pomme. Attention de ne pas confondre avec la compote qui est sucrée. La purée de pomme est sans sucre. C’est une journée très simple où je ne me pose pas la question de ce que je vais manger. Je trouve ça assez libérateur. J’ai fait quatre jours de raisin pour la première fois en septembre dernier et j’ai adoré… C’est vraiment un allégement. Sinon je me fais des petits challenges sur plusieurs jours où je consomme zéro produits transformés. Je ne mange que des produits bruts comme des oléagineux, des noix, des fruits frais, des légumes, je me fais des salades et donc je tiens aussi longtemps que je peux… Jusqu’à ce que je craque sur un petit morceau de pain ou autre chose.

Ce qui est beaucoup plus facile, c’est de commencer à arrêter toutes les cochonneries sur trois jours plutôt que de se mettre des gros challenges trop compliqués. Ça ne sert à rien de consommer trois litres de jus de carotte ou trois kilos de brocolis parce qu’on a entendu que c’était super bon pour la santé, mieux vaut arrêter de boire de l’alcool plusieurs fois pas semaine ou ses six cafés par jour ou encore de grignoter des biscuits/bonbons (sucre transformé)… Mieux vaut essayer de faire trois jours sans ces mauvaises habitudes, éventuellement trois jours végétariens parce que c’est plus léger à digérer… Il n’y a pas de carence sur trois jours. C’est la porte d’entrée la plus facile vers la détox. Je ne dis pas que c’est simple, loin de là, mais c’est plus facile d’accès.

Parlez-nous de votre livre

A-C M : J’ai d’abord écrit La Naturopathie pour les Nuls dans lequel il n’y avait pas d’images ni d’exercices. C’est comme un cours qui a été découpé en petits morceaux pour que ce soit facile à lire, et j’y ai pris du plaisir. Avec Le cahier Détox pour les nuls, il y a des exercices pratiques, il y a aussi beaucoup d’illustrations qui sont drôles et qui sont aussi très réalistes sur la détox. On y voit le positif comme le plus délicat. Et puis aussi c’est quelque chose que l’on peut faire tout seul ! Ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir consulter un naturopathe et de se dire « Je me prends en main et je vais faire une vraie détox de A à Z ». Il y a des gens qui n’osent pas parce qu’ils ont peur de ce que ça représente, des responsabilités et de l’engagement personnel. La consultation peut aussi coûter un peu cher pour certaines bourses (en moyenne 80 €). Alors qu’un livre est facile d’accès, ça ne coûte qu’une dizaine d’euros et il y a beaucoup d’informations. Au final, on prend la détox comme on veut, il n’y a pas de pression. On est libre de choisir ce que l’on veut faire en ne prenant en compte qu’une partie du livre. Mais je tiens à préciser que si on fait la détox de A à Z on a des résultats extraordinaires.

Le cahier Détox pour les nuls Par Anne-Claire Meret Illustration de Marygribouille Aux éditions First
Le cahier Détox pour les nuls Par Anne-Claire Meret Illustration de Marygribouille Aux éditions First

Propos recueillis pas Marine Minnekeer