©iStock
©iStock

La bonne technique pour l’épilation définitive

Terminées les séances d’épilation à la va-vite avant de filer à la piscine ! Cette fois, c’est sûr, nous voilà prêtes à faire le grand saut vers l’ épilation définitive. Mais quelle technique choisir ?

1- L’épilation électrique

C’est de loin la plus ancienne technique d’épilation définitive. Très efficace, c’est aussi la plus douloureuse. Elle consiste à envoyer une décharge électrique via une minuscule aiguille afin de détruire le bulbe de chaque poil. Elle est pratiquée en institut de beauté ou en centre d’épilation, encadrée par des médecins.

Les avantages ? L’épilation électrique est efficace sur des petites zones comme le visage et s’adresse à tous les types de peaux et à toutes les couleurs de poils.

Le nombre de séances : prévoir une dizaine de séances de 15 minutes chacune pour venir à bout de zones pileuses qui nous chagrinent (visage, aisselles).

Le prix : 45 € la séance pour les jambes.

2- L’épilation au laser

Elle ne peut être effectuée que par des dermatologues. À l’aide d’un laser, le poil est détecté et le bulbe détruit. À chaque impulsion, on ressent comme une petite décharge électrique.

Les avantages ? Que les douillettes se rassurent : le moment n’est pas forcément très agréable, mais il n’est pas non plus insupportable. La méthode du laser permet de s’attaquer à des surfaces assez étendues, comme la jambe entière.

Les inconvénients ? Le laser ne peut traiter que les poils sombres des peaux claires ou mates. Tant pis pour les autres !

Le nombre de séances : Il faut compter de cinq à sept séances en moyenne pour venir à bout définitivement de la pilosité des jambes et des aisselles. Bonne nouvelle : à quelques exceptions près, le poil ne repousse jamais !

Le prix : une séance coûte entre 100 et 150 € pour les jambes.

3- L’épilation à la lumière pulsée

Bien souvent réalisée en institut de beauté, cette technique utilise une lampe « flash » qui dispense de la lumière intense pulsée. Ce type d’épilation ressemble à celle du laser, à une différence près : la lumière utilisée pour détruire le bulbe pileux est bien moins puissante et agit sur des zones étendues.

Les inconvénients ? Cette technique traite principalement les poils sombres. Contrairement au laser et à l’épilation électrique, la méthode reste tout de même considérée comme une épilation semi-définitive. Concrètement, le poil repousse au bout de 2 ou 3 ans.

Avantage : Basée sur le photorajeunissement, l’épilation à la lumière pulsée améliore la qualité de la peau.

Le nombre de séances : plutôt important, puisqu’il s’agit d’une épilation semi-permanente.

Le prix : entre 100 et 150 € par séance pour les jambes.

4- L’épilation à la maison 

Il existe de nombreux appareils d’épilation à lumière pulsée à utiliser chez. Le principe ? Il suffit de faire glisser l’appareil sur la zone à traiter en flashant.

Avantage : Quasiment indolore (ça picote un peu, mais rien de bien méchant).

Inconvénients : Même si ces appareils peuvent être un bon compromis, ils sont moins efficaces qu’une séance de laser ou de lumière pulsée réalisée par des professionnels. Logique… Beaucoup moins puissante, leur technologie ne détruit pas le bulbe pileux, mais ne fait que l’endommager. Si la repousse est ralentie, l’opération sera quand même à renouveler presque chaque mois. Autre bémol : quand on n’est pas expert, on risque de faire glisser l’appareil sur un grain de beauté. On peut aussi « flasher » par mégarde une zone de duvet qui, en présence de lumière pulsée, a tendance à se transformer rapidement en poils.

L’astuce de l’expert 

« On peut maîtriser la douleur en adoptant les techniques de la sophrologie. Pendant la séance, on ralentit significativement sa respiration et on se concentre sur de jolis souvenirs. Ça marche à tous les coups ! » explique le docteur Dominique Debray, du Centre Marceau médecine esthétique et lasers, à Paris.

Laisser un commentaire