©iStock
©iStock

Contraception : quelle alternative à la pilule ?

Des soupçons sur votre pilule ? Marre de certains effets secondaires ?  Stérilet, implant, anneau… Les moyens de contraception ne manquent pas. A vous de choisir celui qui vous convient le mieux

Après le scandale des pilules de troisième génération, nombreuses sont les femmes qui voulu changer de méthode de contraception. Cette polémique remettrait-elle en cause une contraception 100 % féminine ? « Heureusement non. Pendant des années, la contraception est restée un sujet intouchable par les médias. La pilule a joué un tel rôle dans la libération de la femme qu’aucun journaliste ne s’était jusqu’à présent autorisé à en parler. Mais les risques sont connus depuis toujours. Rien n’a été caché », analyse Sylvain Mimoun, gynécologue. Pour autant, la pilule est loin d’être le seul moyen de contraception. Tour d’horizon des méthodes les plus courantes.

Le stérilet

Il existe deux types de stérilet – appelé aussi dispositif intra-utérin (DIU) : celui au cuivre ou le celui à la progestérone (si les règles sont douloureuses), tous deux insérés dans l’utérus. Il peut être conservé de trois à huit ans, selon les modèles.

Pour qui ? Longtemps conseillé pour les femmes ayant déjà eu des enfants (notamment à cause des risques d’infection), le stérilet est aujourd’hui accessible à toutes, quel que soit l’âge.

Combien ça coûte ? Un stérilet au cuivre coûte environ 30 euros et le DIU hormonal 125 euros. Les deux types de stérilet sont remboursés à 65 % par la Sécurité sociale.

Le patch

Le patch se colle directement sur l’épaule, le bas du dos ou sur le ventre et doit être changé une fois par semaine (sauf durant la période menstruelle). Il agit comme la pilule, sauf que les hormones pénètrent dans le sang à travers la peau.

Pour qui ? Pour celles qui n’ont pas de contre-indication aux contraceptifs hormonaux. Utile aussi pour celles qui ont tendance à oublier la pilule, puisque le patch est visible quotidiennement. Il peut également être utilisé pendant un voyage avec un décalage horaire.

Combien ça coûte ? Le coût d’une boîte de trois patchs s’élève à environ 15 euros. Elle n’est pas remboursée par la Sécurité sociale.

L’implant

Il s’agit d’un cylindre en plastique de 4 cm de long et de 2 millimètres de diamètre, qui s’insère sous la peau du bras à l’aide d’une aiguille. Grâce à la crème anesthésiante prescrite par votre gynéco, vous ne ressentirez aucune douleur. Vous êtes tranquille pendant trois ans !

Pour qui ? À toutes les femmes qui ne redoutent pas une prise de poids.

Combien ça coûte ? Le coût de l’implant s’élève à 106 euros environ. Il est remboursé à 65% par la Sécurité sociale.

Le préservatif féminin

Il s’agit d’un anneau souple qui se place dans le vagin. A savoir : en cas d’allergie au latex, ce préservatif existe également en polyuréthane.

Pour qui ? À toute personne ayant des rapports sexuels n’ayant pas de partenaire stable ou un partenaire souffrant d’une infection sexuellement transmissible (IST).

Combien ça coûte ? A partir de 8,70 euros la boîte de trois préservatifs (non remboursé).

L’anneau vaginal

Cet anneau en plastique s’insère dans le vagin et libère des hormones qui passent ensuite dans le sang. On peut le conserver pendant trois semaines.

Pour qui ? Pour les femmes qui n’ont pas de contre-indication à la pilule et qui le supporte pendant les rapports sexuels, car l’anneau peut parfois être gênant.

Combien ça coûte ? 16 euros par mois, environ (non remboursé).

Rappel : quel que soit le moyen de contraception que vous aurez choisi, n’oubliez pas que seul le préservatif (masculin) protège des maladies sexuellement transmissibles !

L’avis de Sylvain Mimoun, gynécologue :

« La contraception idéale ? Celle qui gêne le moins ! »

Dès que l’on prend un médicament efficace, il y a forcément des effets secondaires. Par exemple, avec le stérilet, il existe des risques d’infection. Mais il y a beaucoup de moyens de contraception. En France, on est plutôt bien lotis. Finalement, la contraception idéale, c’est celle qui gêne le moins.

Laisser un commentaire