©iStock
©iStock

9 leçons pour mieux faire l’amour

Peur de vous dévoiler ? Vous craignez le jugement de votre partenaire ? Vous manquez de confiance en vous ? Bref, votre épanouissement sexuel n’est pas toujours évident à trouver. Freiné par l’histoire qu’il y a entre vous et vous-même, votre moi profond vient brider votre sexualité. Ces 9 « leçons » vous aideront à retrouver, accepter et affirmer pleinement vos désirs les plus fous

Leçon n°1 : Se sentir sexy

Dans son ouvrage Comment faire l’amour à un homme, Alexandra Penney remarque que « si vous demandez à cent hommes la signification du mot « sexy », quatre-vingt-dix-neuf d’entre eux répondent quelque chose comme « la confiance en soi » ou « l’assurance ». Le centième restant répondra toujours « de gros tétons ». Je ne crois pas que ces quatre-vingt-dix-neuf pour cent d’hommes mentent. Ils n’attachent pas d’importance au fait qu’une femme soit belle ou qu’elle ait une silhouette de déesse. Ils croient vraiment qu’une femme sexy est celle qui a confiance en elle et qui se sent bien dans sa peau ».  Alors… comment se sentir sexy ? La réponse est simple : en se rendant belle au quotidien. Et comment se rendre belle au quotidien ? En prenant soin de soi. En restant simple aussi. « En se donnant comme un être désirable qui se désire lui-même », rajoute Alexandra Penney.

Leçon n°2 : Accepter son corps

Très proche du sex-appeal : accepter son corps. La phobie du corps et ses dérivés naturels comme la timidité, la pudeur, l’inhibition, sont sans doute plus fréquents qu’on ne l’imagine. Combien de femmes, remarquent Philippe Brenot et Suzanne Képes dans leur ouvrage Relaxation et sexualité, ne disent rien de leur troubles quotidiens, voire de l’insupportable épreuve d’accepter un devoir conjugal non désiré, de peur de perdre l’objet de leur amour ? Pour lutter contre cette « honte de soi »,  Philippe Brenot et Suzanne Képes soulignent que la relaxation s’avère bien souvent comme un formidable remède, notamment pour se sentir sexy. « Elle permet d’aborder son corps d’une toute autre façon, via l’imaginaire d’évasion, de distanciation et de plaisir… Elle est la retrouvaille d’un vrai soi ».

Leçon n°3 : Faire l’amour souvent

Faire l’amour souvent ! Cela va sans dire, mais ça va mieux en le disant, et surtout, en le faisant… « Quand on fait l’amour régulièrement avec son conjoint, note le docteur Catherine Solano, auteur de La Sexualité : 100 idées reçues, c’est qu’il nous désire. Se sentir désirée, c’est se sentir compter ». Et bien évidemment, se sentir compter donne une grande confiance en soi. « Toute relation sexuelle, rajoute la spécialiste, aide à aimer son corps et à prendre de l’assurance. Le bonheur, la jouissance qui en découlent, se livrent bien souvent comme une façon magique d’effacer ses complexes, ses doutes, ses craintes et comme un bon moyen de retrouver sa féminité ». De plus, n’oubliez pas que si la libido est en berne, le temps passe et chacun des partenaires rétablit ses « défenses ». Ces barrières inconscientes peuvent devenir de vraies murailles de Chine et amener au blocage complet de l’un des partenaires. Alors n’hésitez surtout pas. Si vous en avez envie… Faites l’amour tous les soirs, sans réfléchir !

Leçon n°4  : Favoriser le romantisme

« Chaque année, remarque John Gray, les femmes dépensent des milliards de dollars en romans sentimentaux. Et même les plus dures, les plus ambitieuses et le plus puissantes businesswomen accordent une grande importance au romantisme ». À cet égard, il semble assez clair que les relations sexuelles, tendres et romantiques, se révèlent particulièrement importantes aux yeux de celles qui éprouvent quelques difficultés à exprimer leurs sentiments. « En effet, rajoute John Gray, pendant une soirée romantique, une femme se sent appréciée, adorée, comprise et soutenue à demi-mot. L’homme qui lui fera l’amour de manière chevaleresque, lui rappellera sans cesse combien elle compte pour lui, et en anticipant ses besoins, il lui exprimera sa compréhension et son respect ». En cela, favoriser les contextes tendres est de bon augure. Musique douce, lumières tamisées, encens et odeurs voluptueuses : quoi de plus agréable ?

 Leçon n°5 : Communiquer (mais pas trop!)

Discuter est, pour une femme, un besoin fondamental (même si les hommes s’y mettent !). « Une femme, remarque Henry Pfyser, psychologue, doit se sentir entendue et comprise pour vivre une sexualité épanouie et équilibrée. Aussi, parler de ses incertitudes, de ses peurs, de ses petites hontes ou de ses pudeurs doit nécessairement faire partie d’une relation sexuelle harmonieuse. « Si le couple, rajoute le psychologue, rechigne à exprimer ses émotions, la relation se bâtira peu à peu sur le détachement, l’incompréhension, l’éloignement ». Du reste, les mots représentent ici un bon moyen de manifester sa tendresse, sa compréhension, son ouverture d’esprit. « Faire l’amour, ce n’est pas seulement se caresser ou rechercher le contact de la peau de l’autre. C’est aussi échanger des sentiments, de la parole… Dire, c’est tour à tour aimer et se sentir aimer », conclue Henry Pfyser.

Leçon n°6 : Travailler son imagination

Autre point capital : l’imagination. Bien souvent, les hommes et les femmes qui connaissent des troubles sexuels ont souvent une vie imaginative très pauvre. C’est du moins en ce sens qu’abonde le psychiatre et psychanalyste Alberto Eiguer, auteur de l‘ouvrage L’éveil de la conscience féminine. « Le mental de certaines personnes ne parvient pas toujours à décoller des préoccupations factuelles. Ce type de blocage est d’ordre symbolique ». Or la sexualité d’un couple, pour bien fonctionner et « huiler les rouages de l’excitation » a souvent besoin de se nourrir d’images. « D’où le recours dans certains cas à des stimulants érotiques comme des bandes dessinées, des photos, parfois des films pornographiques ». Sans aller jusque-là, travailler son imagination peut consister à créer des scénarios, des jeux de corps, de chair, pour fait monter lentement, mais sûrement, le désir…

Leçon n°7 : Respecter ses fantasmes

Corollaires de l’imagination : nos fantasmes. Avec la leçon n° 6, nous savions qu’il fallait laisser travailler son imagination, dans le respect de chacun, bien entendu. Mais, les fantasmes, c’est autre chose. Faut-il d’ailleurs les réaliser ? Il s’agit là, probablement d’une question à laquelle personne ne peut apporter une seule et unique réponse. Certains vous diront non, parce qu’ils sont le moteur même de notre libido. Aussi, les accomplir pourrait éteindre nos désirs d’un seul souffle. D’autres vous diront oui. Parce que nos fantasmes permettent de jouer des scènes inédites avec celui que l’on aime… des scènes qui troublent et font perdre la tête…Mais au-delà de ces considérations, une chose est sûre :  nous ne devons surtout pas en avoir honte. Liés à nos désirs, à nos peurs, nos fantasmes permettent bien souvent de jouer mentalement avec des idées que notre morale réprouve ou que notre éducation nous contraint à rejeter. Dans son livre « Le couple », la psychologue Maryse Vaillant remarque ainsi « qu’il suffit parfois de les évoquer pour que s’ensuive une excitation partagée qui mène aux rapports sexuels, sans qu’il soit besoin de les mettre scène ». A bon entendeur…

Leçon n°8 : Assumer ses désirs

Assumer ses désirs, oui, mais comment ? Jusqu’où ? Sans doute jusqu’à la gêne de l’autre, car, comme le rappelle le gynécologue et andrologue Sylvain Mimoun, « lorsqu’il y a de la gêne, il n’y a plus de plaisir« . Mais encore faut-il assumer ses propres désirs, avoir accès à cet inconscient qui parfois nous joue de vilains tours de passe-passe. « Habiter sa vie sexuelle, l’assumer, en être fier sans la cacher ni l’étouffer est une preuve de bonne santé sexuelle », remarque le sexologue François Parpaix. Oser montrer, voir, dire en partant de ce que l’on ressent dans son corps, dans son ventre, rajoute le spécialiste, « c’est donner toute sa place à l’excitation sexuelle et à son désir ». Aussi est-il capital de savoir créer une réelle communion entre ses sensations et ses émotions. « C’est-à-dire d’exprimer clairement son désir sexuel ou son refus, en fonction de son élan du moment, de son état d’âme ».

Leçon n°9 : Développer sa sensualité

La sensualité, c’est la capacité qu’à notre corps à percevoir, grâce à nos cinq sens une multitude de sensations. « Dans la relation amoureuse, nous nous contentons trop souvent des seules sensations procurées par les organes sexuels« , remarque le sexologue Gérard Leleu. En revanche, nous usons assez peu des milliards de sensations que pourrait nous offrir l’ensemble du corps. Pourtant, nous y gagnerions tellement ! Nos possibilités de plaisir et donc de bien être, seraient élargies et même multipliées à l’infini et le risque d’atteindre nos limites et de tomber dans la routine serait éloigné ». Bref, comprenons ici qu’user de sa sensualité est sans doute l’un des meilleurs moyens de protéger son couple de la lassitude et de prévenir l’usure. « Alors pour vivre pleinement ses relations, décidez de sortir des frontières de la sexualité conventionnelle et étendez l’échange érotique à tout le corps et à tous les sens ».