©iStock
©iStock

10 idées pour retrouver l’énergie

Broyer du gris ou du noir, vous connaissez? Rassurez-vous, il ne s’agit pas forcément d’une dépression, mais d’un léger ramollissement cérébral… qui se soigne! Car le cerveau, comme le corps, ça se muscle! L’entretenir avec un petit jogging intellectuel ou émotionnel est une nécessité pour avoir une pêche d’enfer

Prochain projet : dans moins d’un mois !

Un mois, c’est l’échéance raisonnable qui permet à un projet de nous faire rêver, sans nous faire languir en pensant qu’on n’en verra jamais le bout. Un projet, ça veut dire un petit voyage, un week-end à la campagne, un achat très attendu, une coupe-transformation chez le coiffeur, un jogging champêtre ou un tour de barque avec son chéri. Pas besoin d’être riche: la créativité remplace les dollars. Objectif : l’interdiction de déprimer puisque l’on a cette joie à l’horizon ! Pour encourager le maintien de la bonne humeur, on a même le droit d’accrocher un petit calendrier à son mur, ou le billet de train, ou la photo de notre future coiffure.

Défi : apprendre un «truc» impossible !

Le but, c’est de stimuler les neurones. Nous avons toutes un jardin secret fantasmatique, un univers qui nous fascine, mais qui nous semble impénétrable. Au nom de quoi le serait-il ? On se lance dans une entreprise aride et osée parce que loin de nos origines: apprendre l’hébreu, le russe, la voile, la guitare. Souvent, l’épreuve d’un travail à faire une fois rentrée du travail nous retient, mais sachez une chose: employer ses forces à ce qui nous fait plaisir entretient celles qui nous servent à accomplir les tâches alimentaires. Comme se lever le matin pour aller faire «ce boulot d’abrutie», par exemple. Le processus dans la tête est simple: je ne me dépense pas que pour des choses utiles, je peux le faire. Avec, à la clé, un regain d’estime de soi et de joie.

Avoir toujours un homme en vue

Grand stimulant pour la vie : la libido. Le mot veut dire «pulsion de vie», avant qu’on ne l’utilise au sens de «désir sexuel». Ce n’est pas un hasard, ça va ensemble. Tel homme vous plaît mais il est pris, il est inatteignable (le boss), il est presque inconnu (le vendeur de glaces), il a vingt ans de moins: ça n’a aucune importance ! Apprenez ou réapprenez à rêver, à regarder, même sans espoir ni souhait de toucher. Faites-vous une joie de le voir, de lui parler, de savoir qu’il existe. Personne ne vous plaît et vous ne connaissez personne? Inscrivez-vous sur un site de rencontres, scrutez les amis de vos amis sur Facebook, et faites crédit au lieu de vivre dans la méfiance: et si c’était quelqu’un de formidable ? Efforcez-vous de croire en l’autre, d’accorder foi et amitié. Si le destin le veut, le meilleur (l’amour) suivra.

Faites plaisir à une personnes par semaine

« Qui ai-je rendu heureux cette semaine ?  » C’est la question qui devrait vous faire endormir béate, le dimanche soir. Faites plaisir à une personne par semaine qui devrait vous faire vous endormir béate, le dimanche soir. Faire une surprise, rendre une visite impromptue à une vieille tante, offrir une bricole à une amie que vous voyez tous les jours, envoyer une carte postale de votre propre ville à un proche… sont des petites attentions qui ne vous coûtent presque rien, mais déclenchent de jolies effusions de la part des autres. Mais être gentille avec les gens n’est pas que de l’altruisme: en général, ils vous rendent la pareille! Bien sûr, il y a des récalcitrants, des têtes de bois et des aigris : avec ceux-là, on n’insiste pas. De toute façon, la plupart des gens sauront vous dire leur bonheur. Du coup, ce sera un peu le vôtre.

Organisez une petite fête par mois

Vous n’avez pas d’argent pour inviter dix personnes tous les mois? Aucune importance. Le principe, c’est d’ouvrir vos portes et de faire la vaisselle et un peu de ménage le lendemain,7 deux choses gratuites qui ne vous demanderont qu’une heure ou deux de votre temps. Le mode d’emploi? Chacun apporte sa bouteille et sa surprise à partager. C’est amusant, chacun venant avec ses créations ou son péché mignon. Certes, on peut se retrouver avec dix entrées et aucun dessert, mais quelle importance ? Prévoyez des carafes d’eau, des assiettes en carton et le tour est joué. On peut aussi thématiser ses rassemblements : thé autour d’un livre ou film préféré raconté par chacun(e), petit déjeuner, foire aux vêtements. L’important c’est de se réunir sans faire peser de contraintes sur la maîtresse de maison.

Attaquez la technologie

Internet vous résiste, les réseaux sociaux vous dégoûtent, sans que vous n’en connaissiez rien, l’ordinateur vous reste hermétique, classer vos photos numériques reste un mystère, avoir de la musique dans un baladeur vous semble surréaliste, et le «podcast» d’une émission, n’en parlons pas. Nous avons une bonne nouvelle: de francs abrutis ont réussi! Si, si! Donc, vous devriez y arriver à votre tour. À condition de vous y atteler: on attrape le mode d’emploi, on suit les choses pas à pas. Votre vie va changer parce que vous allez ajouter une activité à vos loisirs, avec souvent beaucoup de plaisir. Résister, c’est se dire qu’on est vieille et que ça ne vaut plus le coup. Le début de la fin, quand des jeunesses de 80 ans ont bien compris que s’initier à une invention pleine d’avenir empêche de mourir (oui, carrément).

Faites le plein de culture

La culture, ça vous saoule… Tout ? C’est impossible. Vous aimez au moins la musique, la peinture, la littérature, le cinéma ou la sculpture. Ça tombe bien, si vous avez accompli la tâche précédente, sachez qu’on trouve sur Internet les sites de radios (France Inter, France Culture, France Musique, Europe 1, RTL, elles y sont toutes!) avec des émissions à podcaster qui vont multiplier vos envies de lire ou vous orienter vers de nouvelles découvertes. La plupart des grands musées nationaux se visitent aussi en ligne. Ainsi offrez-vous les belles visites virtuelles des collections du Louvre sur louvre.fr ou celles du musée d’Orsay sur musee-orsay.fr. Allez sur rmn.fr, vous pourrez y découvrir le château de Versailles et de très belles expositions en région, et même voir en première exclusivité des extraits des expositions de la saison 2011-2012, au Grand Palais, à Paris. Sur operadeparis.fr, vous verrez des extraits d’opéras passés. Le tout depuis votre canapé! Inscrivez-vous sur amazon.fr ou sur fnac.com, au lieu de chercher désespérément quel livre ou quel film acheter. Vous créez un compte et vous listez au fur et à mesure vos envies. Bonheur du «pistage informa- tique» pour une fois: on vous fera même régulièrement des suggestions en accord avec vos goûts habituels.

On explore des sentiers inconnus

Vous détestez l’opéra ? Vous n’y connaissez rien en philosophie bouddhiste, en animaux, en gastronomie, en jogging, en hôtellerie de luxe ? Foncez au kiosque et achetez un magazine spécialisé, dans n’importe quel domaine « bizarre » pour vous ? L’intérêt, c’est qu’en plongeant dans un autre monde, on va parfois au-devant d’une sacrée surprise: d’abord, on tombe chez des passionnés et c’est forcément enthousiasmant ; ensuite, on se laisse parfois prendre. Le principe n’est pas forcément de s’offrir un 5 Luxe dès le lendemain mais de faire un véritable voyage en image et en pensée pour 5 euros maximum. Après là, on a un cerveau qui fourmille et un paquet de trucs à raconter aux copines sur le ton « vous n’allez pas me croire,etc. ».

On retourne à l’école

Certaines ont la nostalgie de leur vie d’écolière, avec papiers et crayons neufs à la rentrée. On n’aura pas de mal à les convaincre de recommencer. Celles qui en ont la hantise doivent se souvenir du motif : le contenu ne les intéressait pas. Parce qu’on est libre, on se fait désormais l’école à la maison, en dissociant cahier et calvaire: dedans, on écrit tout ce qu’on trouve comme informations sur un sujet qui nous passionne et qu’on cherche scrupuleusement sur Internet. Vous aimez Marc Levy? Mais il a écrit quoi? Dans quel ordre? Vendu à combien d’exemplaires? On tape «Marc Levy» sur Google et on prend des notes. Vous entendez parler de Las Vegas et ça vous donne à chaque fois des étoiles plein les yeux ? Même méthode. On cherche combien de millions sont « claqués » par nuit, depuis quand ça existe, combien de mariages y sont célébrés chaque année. Le but ? Mouliner le soir quand on se couche, et dans la journée quand, au bureau, on planche sur un dossier pénible. Et, en plus, on le transmettra aux autres à la première occasion.

On s’abonne !

Rien de tel que la fidélité et les rendez-vous réguliers dans une vie : c’est l’un des bonheur de l’amour. On se crée donc une série de rendez-vous, cette fois avec des choses, qui ne dépendent que de nous, en sorte de se sentir attendue ou suivie : on s’abonne à un magazine, à la salle de sport, à un cinéma, à des lettres d’informations gratuites, à des organismes culturels, à des clubs quelconques. Avec deux ou trois repères par semaine, on a déjà fait le plein ou presque. Parce qu’il ne s’agit pas non plus de remplir pour remplir, il faut aussi se laisser le temps de digérer. Sauf qu’au lieu d’avoir le ventre qui tourne à vide et d’appeler ça «ennui» ou «solitude» ou «vague à l’âme», vous vous sentirez repue, c’est-à-dire prête à donner aux autres. Car, bien sûr, ne l’oublions jamais: les liens sociaux restent ce qu’il y a de meilleur dans la vie !

Catherine Siguret